Restrictions: Grippe Aviaire

Restrictions suite aux cas de grippe aviaire sont maintenues :
PAS D'ENVOIS DE VOLATILES VERS ET AU DÉPART DES DÉPARTEMENTS SUIVANTS :

24 40 64 32 65 47 16 33 87 ET 46

 

Cette instruction précise les points relatifs aux mesures de prévention, de surveillance et

de lutte à appliquer dans les départements concernés par un périmètre réglementé en raison d'IAHP.

Elle vient en complément des procédures des plans d'intervention d'urgence et ne s'y substitue pas.

télécharger le pdf.

http://www.jaco-animaux.com/shop/instruction_IAHP_20151224.pdf

 

Ordre de service d'action

Direction générale de l'alimentation

Service des actions sanitaires en production

primaire

Sous-direction de la santé et de protection animales

BSA

251 rue de Vaugirard

75 732 PARIS CEDEX 15

0149554955

Direction générale de l'alimentation

Service de l'alimentation

Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

BEAD / BEPT

Instruction technique

Date de mise en application : Immédiate

Diffusion : Tout public

Cette instruction abroge :

DGAL/SDSPA/2015-1081 du 11/12/2015 : Instructions aux départements concernés par un

périmètre réglementé en raison d'IAHP

Cette instruction ne modifie aucune instruction.

Nombre d'annexes : 10

Objet : Mesures de contrôle vis à vis de l'IAHP en France

Destinataires d'exécution

DRAAF

DDT(M)

DD(CS)PP

Résumé : Cette instruction précise les points relatifs aux mesures de prévention, de surveillance et

de lutte à appliquer dans les départements concernés par un périmètre réglementé en raison d'IAHP.

Elle vient en complément des procédures des plans d'intervention d'urgence et ne s'y substitue pas.

Textes de référence :Directive 2005/94/CE du Conseil du 20 décembre 2005 concernant des

mesures communautaires de lutte contre l’influenza aviaire et abrogeant la directive 92/40/CEE.

- Décision 2006/415/CE de la Commission du 14 juin 2006 concernant certaines mesures de

protection relatives à l’influenza aviaire hautement pathogène du sous-type H5N1 chez les volailles

ou autres oiseaux captifs dans la Communauté et abrogeant la décision 2006/135/CE.

- Décision 2006/437/CE de la Commission du 4 août 2006 portant approbation d’un manuel de

diagnostic pour l’influenza aviaire conformément à la directive 2005/94/CE.

- Arrêté du 10 septembre 2001 modifié fixant des mesures financières relatives à la lutte contre

l’influenza aviaire: maladie de Newcastle et influenza aviaire

- Arrêté ministériel du 18 janvier 2008 fixant les mesures techniques et administratives relatives à la

lutte contre l’influenza aviaire.

- Arrêté du 17 décembre 2015 déterminant des dispositions de lutte complémentaires contre

l'influenza aviaire hautement pathogène suite à la détection de la maladie sur le territoire français

- Note de service 2014-964 du 4 décembre 2014 relative aux mesures applicables au niveau de

risque modéré d’influenza aviaire hautement pathogène en lien avec la circulation du virus H5N8 en

Europe depuis novembre 2014.

- Note de service 2015-127 du 12 février 2015 relative aux modalités de surveillance

événementielle de l'influenza aviaire hautement pathogène chez les oiseaux domestiques

Cette instruction precise les mesures applicables dans les departements concernes par un perimetre

reglementaire en raison d’influenza aviaire hautement pathogene (IAHP), qu’il s’agisse de zone de

protection (ZP), de zone de surveillance (ZS) ou de zone de restriction (ZR). Une partie des

procedures sont decrites dans les documents relatifs aux plan d’urgence et la reglementation. Cette

instruction souligne certains points saillants et precise des modalites de realisation.

Elle sera completee ulterieurement par des mesures structurelles visant a garantir une meilleure

securite zoosanitaire notamment de la filiere palmipede gras.

Table des matières

1Gestion de foyer...................................................................................................................2

1.1Alerte ............................................................................................................................2

1.2Confirmation et adoption des arretes prefectoraux......................................................2

1.3Mesures mises en place dans un foyer ......................................................................3

1.4Assainissement du foyer ..............................................................................................3

2Recensements.....................................................................................................................3

3Surveillance..........................................................................................................................4

3.1Surveillance evenementielle.........................................................................................4

3.2Lien epidemiologique....................................................................................................4

3.3Enregistrement des donnees........................................................................................5

3.4Visite veterinaire...........................................................................................................5

3.4.1Visite clinique.........................................................................................................5

3.4.2Realisation de prelevements.................................................................................6

4Mesures de biosecurite........................................................................................................6

4.1Sensibilisation...............................................................................................................6

4.2Mouvements de vehicules et de personnes.................................................................7

4.2.1Circulation routiere................................................................................................7

4.2.2Nettoyage et desinfection......................................................................................7

4.3Materiaux potentiellement contamines.........................................................................8

4.4Nettoyage, desinfection et vide sanitaire des elevages...............................................8

4.5Confinement..................................................................................................................8

4.5.1En zone de protection et de surveillance..............................................................8

4.5.2En zone de restriction............................................................................................9

5Rassemblements.................................................................................................................9

6Gestion des mouvements d’oiseaux....................................................................................9

6.1Derogations aux sorties d’exploitations pour abattage et gavage.............................10

6.1.1Zone de protection...............................................................................................10

6.1.2Zone de surveillance...........................................................................................10

6.1.3Zone de restriction...............................................................................................10

6.2Derogations pour les volailles pretes a pondre..........................................................11

6.3Derogation pour les poussins d’un jour......................................................................11

6.3.1Pour les couvoirs en zone de protection ou de surveillance...............................11

6.3.2Pour les couvoirs en zone de restriction.............................................................11

6.4Derogation pour les oeufs a couver............................................................................12

6.4.1Pour les elevages en zone de protection et de surveillance...............................12

6.4.2Pour les elevages en zone de restriction............................................................12

6.4.3Autres mouvements d’oiseaux............................................................................13

7Gestion des activites cynegetiques...................................................................................13

8Gestion des denrees (viandes et oeufs)............................................................................14

8.1Viandes.......................................................................................................................14

1/45

8.2OEufs de consommation et ovoproduits......................................................................14

9Aspects financiers..............................................................................................................15

9.1Ce que l’Etat prend en charge directement................................................................15

9.1.1Dans le cadre de suspicions...............................................................................15

9.1.2Dans les foyers d’Influenza aviaire.....................................................................15

9.1.3Dans le cadre de la surveillance en zone reglementee......................................15

9.2Ce que l’Etat indemnise..............................................................................................15

9.3Ce que l’Etat ne prend pas en charge........................................................................16

10 Communication...............................................................................................................16

10.1 Communication sur la situation sanitaire.................................................................16

10.2 Communication sur les mesures a mettre en oeuvre aux personnes concernees..16

1 Gestion de foyer

1.1 Alerte

Toute suspicion clinique ou resultat de laboratoire non negatif doit etre rapporte a la DDecPP et

faire l’objet d’un APMS.

La notification de ces evenements a la Dgal s’effectue dans les heures qui suivent a la MUS par

appel telephonique (01 49 55 52 46 /84 54 et en dehors des heures ouvrables : 01 49 55 58 69) et

mail alertes.dgal@agriculture.gouv.fr avec les commemoratifs les plus precis possibles (se servir

de la fiche de notification d’une suspicion de la note 2010-8185).

Ces elements sont indiques dans la note DGAL/SDSPA/2015-127.

Dans le contexte de presence d’IAHP, la prise de l’APDI doit etre la plus rapide possible afin

d’engager les mesures d’urgence. Il convient de le preparer de facon prioritaire dans la phase

d’alerte et de recueillir les elements d’informations necessaires sur le site (localisation precise,

especes, effectifs, mode d’elevage) pour ne pas ralentir le lancement des operations de gestion du

foyer. Il peut etre demande un abattage preventif (avant la fin du deroulement complet des analyses,

apres instruction ministerielle) pour des raisons d’urgence sanitaire ou de protection animale.

1.2 Confirmation et adoption des arretes prefectoraux

La confirmation du foyer est faite par le LNR qui en informe en premier lieu la DGAl. La DDecPP

est donc informee de la confirmation par la DGAl, ce qui permet de coordonner les mesures de

gestion et la communication. La DGAl informe les DDecPP et DRAAF concernees. Sur instruction

de la DGAl, le LNR communique les rapports d’essai au LDA et a la DDecPP afin que les resultats

d’analyse informatiques soient completes.

La prise des arretes de zone est realisee en coordination avec la DGAl avant l’adoption des arretes

correspondants. Le modele d’arrete de zone est publie sur l’espace intranet :

http://intranet.national.agri/Influenza-aviaire-hautement

Il importe de transmettre dans les meilleurs delais la liste des communes en zone de protection et la

liste des communes en zone de surveillance retenues par la prefecture a la DGAl, a

l’adresse dediee : iahp.dgal@agriculture.gouv.fr

La DDecPP previent l’eleveur concerne. Il est souhaitable de se rendre rapidement sur place et de

2/45

prevoir un soutien psychologique (plusieurs acteurs peuvent jouer ce role : cellule MSA, ARS,

GDS, veterinaire sanitaire…).

1.3 Mesures mises en place dans un foyer

Un recensement precis des especes sensibles presentes et de leur stade de production et des activites

de l’exploitation est realise, notamment en perspective de la programmation du chantier d’abattage,

de l’indemnisation et de la transmission des informations pour les notifications internationales.

La DDecPP transmet a la DGAl les informations necessaires pour la mise en oeuvre du chantier

d’abattage.

Aucun oiseau, ni produit issus d’oiseaux n’est autorise a sortir ou a entrer dans l’exploitation.

Les mesures de biosecurite les plus strictes sont mises en place : confinement des oiseaux,

interdiction stricte d’entree et de sortie de personnes non habilitees, port de vetements de protection

a usage unique, mise en place d’une station de desinfection des vehicules. Elles sont decrites en

annexe 1.

1.4 Assainissement du foyer

Abattage et destruction des produits :

– l’abattage de tous les animaux sensibles du site est fait par la societe GT Logistic sauf cas

particulier a voir avec la DGAl.

Des prelevements ou analyses complementaires peuvent etre utiles pour l’evaluation du risque, a

faire confirmer par la DGAl qui prend l’attache du LNR sur cette question.

–Les volailles sont collectees par un equarrissage pour un transport direct (sous camion bache et

desinfecte) en usine de traitement C2. L’ensemble des sous-produits est soit composte/transforme

selon les prescriptions techniques, soit collecte avec les volailles.

–Les produits (viandes/oeufs) sont collectes avec les volailles pour destruction.

Les mesures de biosecurite a appliquer au niveau du foyer :

Il faut prevoir un proces verbal d’abattage qui recapitule les personnes presentes, les especes et

effectifs d’oiseaux elimines, les quantites et natures de produits detruits notamment en perspective

de la procedure d’indemnisation. La DDecPP s’assure de l’elimination des cadavres dans les bonnes

conditions de biosecurite. La demarche d’indemnisation est rappelee en annexe 2.

Decontamination :

– Immediatement apres l’abattage et l’enlevement des animaux, un nettoyage et une desinfection

preliminaire sont realises.

–un nettoyage et une desinfection complets sont realises le plus rapidement possible. L’operation

de desinfection est renouvelee 7 jours plus tard.

Le repeuplement ne peut avoir lieu qu’au plus tot dans les 21 jours suivant les dernieres operations

de desinfection, et ce, sous certaines conditions, voir ci-apres les autorisations d’entree en zone

reglementee.

2 Recensements

Actualisation du recensement des exploitations commerciales : connaitre la localisation des sites,

les especes presentes et une estimation des effectifs (precision necessaire de l’ordre de la centaine, a

3/45

affiner en cas d’abattage), a traiter dans l’ordre de priorite suivant zone de protection > zone de

surveillance > zone de restriction

Recensement des petits detenteurs en zone de protection aupres des mairies ou via la teleprocedure :

http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/

La teleprocedure peut egalement etre utilisee pour les exploitations commerciales.

3 Surveillance

Un protocole de surveillance programmee est en cours d’elaboration. La strategie de surveillance et

son calendrier de mise en oeuvre seront etroitement articules avec la strategie d’assainissement de la

ou des filieres contaminees.

Elle sera definie en prenant en compte, notamment, des informations historiques sur les suspicions

serologiques, des liens epidemiologiques et zootechniques entre differents stades et filieres

d’elevage, de l’exploitation, qui est en cours, des resultats des depistages effectues depuis le

24/11/2015.

La levee des zones de protection et des zones de surveillance ne pourra intervenir qu’a l’issue de

l’obtention de resultats favorables aux visites veterinaires reglementaires, et aux analyses prescrites,

de l’ensemble des exploitations en zone de protection et de l’ensemble des exploitations

commerciales en zone de surveillance. Le declenchement de ces operations doit etre coordonnee

avec l’execution des mesures sanitaires d’assainissement, notamment des elevages de palmipedes.

L’obtention du statut indemne au sens de l’OIE, implique par ailleurs la mise en oeuvre d’un

programme de surveillance specifique, en application de l’article 10.4.31 du Code sanitaire pour les

animaux terrestres pendant un delai minimal de trois mois.

Dans l’attente, les suspicions cliniques et l’investigation des elevages en lien epidemiologiques

doivent etre traitees sans delai.

3.1 Surveillance evenementielle

L’organisation de cette surveillance est decrite dans la note DGAL/SDSPA/2015-127.

Les detenteurs d’oiseaux et les veterinaires doivent exercer une vigilance particuliere vis a vis des

signes cliniques evocateurs d’influenza : hausse de mortalite, baisses des donnees de production

(indice de consommation, abreuvement, chute de ponte).

Il est a noter que des signes cliniques d’augmentation de mortalite de faible amplitude ont ete

observes sur les canards en gavage et que l’augmentation de la mortalite chez les gallinacees peut

ne pas etre spectaculaire. Une description plus approfondie des signes cliniques observees sera

produite.

3.2 Lien epidemiologique

Pour chaque foyer, une enquete epidemiologique est realisee avec l’appui des experts de l’Anses et

la CIREV-DRAAF Aquitaine. L’objectif prioritaire est d’identifier les exploitations ≪ contact ≫ au

sens de la reglementation europeenne c’est-a-dire en lien epidemiologique avec le foyer, avec un

ordre de priorite suivant : exploitation en lien aval et exploitation ayant pu etre a l’origine de

4/45

l’infection (amont) > autres liens epidemiologiques.

La DDecPP notifie aux departements concernes les liens eventuels mis en evidence et en informe la

DGAl (iahp.dgal@agriculture.gouv.fr) et la ou les DRAAF concernees.

Dans les exploitations contact, chaque unité de production doit être visitée et prélevée de façon

systématique.

Des prelevements seront realises sur ces animaux, des abattages preventifs peuvent etre necessaires,

ces abattages sont toujours demandes ou confirmes par la DGAl.

3.3 Enregistrement des donnees

Les resultats des enquetes epidemiologiques doivent etre enregistres de facon a en faciliter la

transmission et l’exploitation. Une modification de l’instruction DGAL/SDSPA/2015-127 precise

par ailleurs les modalites de saisies des donnees dans SIGAl a partir de janvier 2016.

Dans l'attente de l'utilisation effective de Sigal (prochaine), les donnees recueillies dans le cadre de

la surveillance evenementielle sont a saisir de facon standardisee, de preference a l’aide du

questionnaire sphinx, voir annexe 3, permettant directement une saisie centralisee avec des

controles sur les donnees, en cas d’impossibilite, sur un tableur repondant a la meme organisation

de donnees et a transmettre les lundi et mercredi a iahp.dgal@agriculture.gouv.fr

Les actions de surveillance programmee et les depistages realises en cas de demande de derogation

aux mouvements de volailles devront etre saisies dans un fichier Excel, qui est joint a la presente

note de service, ainsi que les resultats obtenus en laboratoire agree. Je vous remercie de bien veiller

a la qualite des donnees renseignees afin que celles-ci soient exploitables. Quelques points

importants concernant le renseignement de ce fichier :

– une ligne correspond a un batiment (avec Inuav) pour les detenteurs professionnels, ou a un

elevage pour les petits detenteurs ;

– la definition de chaque champ est donnee en commentaire, en en-tete de colonne ;

– des listes deroulantes ont ete predefinies des lors que cela etait possible et doivent etre utilisees.

Ce fichier devra etre renseigne de maniere quotidienne et transmis a une frequence hebdomadaire

(tous les vendredi) sur les boites institutionnelles suivantes : alertes.dgal@agriculture.gouv.fr et

iahp.dgal@agriculture.gouv.fr. Quel que soit le motif de la visite, la suspicion clinique doit etre

notifiee dans la journee.

Des envois ponctuels pourront egalement etre demandes en tant que de besoin.

3.4 Visite veterinaire

Le veterinaire expose la situation sanitaire a l’eleveur et les perspectives d’evolution. Il indique les

mesures de biosecurite a mettre en oeuvre.

3.4.1 Visite clinique

Le veterinaire etablit un compte rendu de visite indiquant la qualite de tenue du registre sanitaire

(fiabilite des informations), l’absence ou la presence de signes d’appels d’influenza : evolution de la

mortalite sur les dernieres semaines (hausse > 5%), indice de consommation (baisse>5%), chute du

taux de ponte (baisse>5%), anomalie dans l’abreuvement (baisse>5%), effectue une visite clinique

5/45

de chaque unite de production, verifie au besoin la presence de cadavres dans le bac d’equarrissage.

3.4.2 Realisation de prelevements

En l’absence de signe clinique, lorsque des prelevements sont demandes le veterinaire realise

systematiquement des prelevements sur un minimum de 30 oiseaux incluant pour chaque oiseau une

prise de sang sur tube sec (les serologies seront realisees dans un second temps), un ecouvillon

tracheo-bronchique, un ecouvillon cloacal. Les prelevements sont realises, conditionnes et

achemines au laboratoire conformement aux instructions de la note DGAL/SDSPA/2015-127.

En cas de signe clinique (y compris d’apres les donnees du registre), le veterinaire realise

systematiquement des prelevements sur un minimum de 20 oiseaux incluant pour chaque oiseau une

prise de sang sur tube sec (les serologies seront realisees dans un second temps), un ecouvillon

tracheo-bronchique, un ecouvillon cloacal + des prelevements d’organe sur un minimum de 5

oiseaux. Les prelevements sont realises, conditionnes et achemines au laboratoire conformement

aux instructions de la note DGAL/SDSPA/2015-127.

La capacite d’analyse sur le territoire national est suffisante pour couvrir jusqu’a 5 000 par semaine.

Il convient de s’assurer aupres de chaque laboratoire de sa disponibilite en reactif et de sa saturation

(materiel, personnel) et d’organiser un transfert de prelevements le cas echeant vers d’autres

laboratoires agrees. Les prelevements correctement conditionnes peuvent etre achemines par

transporteur.

4 Mesures de biosecurite

4.1 Sensibilisation

L’ensemble des professionnels en lien avec le secteur de l’elevage doit etre sensibilise aux

obligations et recommandations generales des mesures de biosecurite. De nombreuses organisations

professionnelles diffusent des informations a cet effet. Une information a destination des petits

detenteurs de la zone de protection sur les dispositions et recommandations de biosecurite est

diffusee largement par tous les moyens juges appropries (mairie, affichage,…).

Des recommandations et precisions sur les equipements de protection et les regles des delais entre

deux visites d’elevage seront rappeles a ces professionnels.

–Des dispositions prevues par le niveau de risque negligeable1, sont deja obligatoires pour tout

detenteur d’oiseaux sur l’ensemble du territoire et doivent etre rappelees ;

–des dispositifs doivent etre mis en place pour limiter les contacts directs ou indirects avec les

oiseaux vivants a l’etat sauvage,

–l’utilisation d’eaux de surface pour le nettoyage des batiments et des materiels d’elevage ainsi que

pour l’abreuvement des oiseaux est interdite, a moins que cette eau n’ait ete traitee pour assurer

l’inactivation d’un eventuel virus ;

l’approvisionnement des oiseaux en aliments et en eau de boisson doit se faire a l’interieur d’un

batiment ou au moyen de distributeurs proteges de telle facon que les oiseaux sauvages ne puissent

acceder a ces dispositifs ni les souiller.

–Par ailleurs, tout vehicule doit etre entierement nettoye et desinfecte suite au transport d’animaux

1 Arrete ministeriel du 24 janvier 2008 relatif aux niveaux du risque epizootique en raison de l’infection de l’avifaune par

un virus de l’influenza aviaire hautement pathogene et au dispositif de surveillance et de prevention chez les oiseaux

detenus en captivite

6/45

vivants.

Des recommandations d’usage de biosecurite seront largement diffusees, visant a etre vigilant sur

toute source d’entree ou de diffusion possible de la maladie sur l’exploitation :

–Risque ≪ personnes ≫ : port de tenue specifique a l’elevage (exemple camion de livraison

d’aliments, ramasseurs…) pour les personnes entrant dans l’exploitation et dans les batiments

d’elevage.

–Risque ≪ véhicule ≫ : les vehicules lies aux activites d’elevage doivent rester dans la mesure du

possible en limite d’exploitation.

–Risque ≪ faune sauvage ≫ : En plus des obligations citees ci-dessus, le stockage de l’alimentation

(silo) doit etre protege.

–Risque ≪ matériel et produits ≫ : decontamination de materiel introduit.

- Risque ≪ animaux » : information sur la provenance des animaux et leur statut

4.2 Mouvements de vehicules et de personnes

4.2.1 Circulation routiere

Les deplacements de vehicules et de personnes constituent un facteur majeur dans la diffusion de la

maladie. Ils doivent etre reduits autant que possible et pratiques sous couvert de mesures

systematiques de nettoyage et de desinfection correctement appliquees (risque que les rotoluves ne

soient rapidement plus operationnels) et avec une strategie d’itineraires routiers visant a aller de

zone de plus faible risque vers les zones a plus fort risque.

La zone de protection est contournee pour le transit de tout vehicule en lien avec le secteur de

l’aviculture a l’exception des acces par les grands axes routiers (RN ou autoroute). Une

signalisation dediee est mise en place. Il n’est pas demande d’organiser des blocages routiers a ce

stade. Les mouvements de volailles vivantes sont interdits en zone de protection et de surveillance a

l'exclusion du transit direct sans rupture de charge par les grands axes routiers ou ferroviaires.

L’entree des personnes dans les batiments est limitee aux personnes habilitees et aux actions

absolument necessaires (suivi sanitaire, soins et alimentation). Les acces sont equipes de moyens de

lavage et de désinfection entretenus regulierement (sas et/ou pediluve) obligatoires a l’entree des

batiments.

Les collectes d’oeufs, de cadavres ou les livraisons d’aliment sont reorganisees (collecte par zone ou

de l’exterieur vers la zone de protection). Les camions de collecte retournent directement vers les

etablissements de destination finale.

Dans le cas ou des derogations sont attribuees pour la circulation de camions livrant des oeufs a

couver, des poussins, des poulettes pretes a pondre ou des volailles en abattage immediat, le

transporteur doit presenter a la DDecPP l’itineraire prevu pour validation. Pour les sites faisant

l’objet de flux regulier un itineraire vers un axe routier principal peut etre determine en accord avec

le DDecPP.

Des controles, aleatoires ou orientes, des vehicules en lien avec des activites dediees aux oiseaux

captifs ou au secteur d’elevage ≪ volailles ≫, a des points de passage doivent etre organises.

4.2.2 Nettoyage et desinfection

Une procedure de nettoyage et desinfection des vehicules est presentee en annexe 4.

7/45

Un recensement des sites de nettoyage et desinfection des vehicules est en cours. Les transporteurs

doivent egalement embarquer du materiel de pulverisation de desinfectant a leur bord, ainsi que le

materiel de protection personnelle.

Pour les petits detenteurs (moins de 100 volailles), l’acces des vehicules en lien avec l’elevage sur

le site de detention des oiseaux est interdit avec ou sans dispositifs de desinfection.

Il convient aussi d’etre vigilant quant aux conditions de biosecurite des personnes tel que lavage, le

port de vetements de protection a usage unique, notamment pour les personnels exterieurs a

l’elevage et intervenant de facon ponctuelle (ramasseurs...).

4.3 Materiaux potentiellement contamines

Les lisiers, fumiers, litieres et plumes doivent systematiquement faire l’objet d’un traitement adapte

soit, de facon preferentielle sur place, soit dans une entreprise agreee dans des conditions de

transport securise. Les conditions techniques correspondantes et les conditions d’epandage ou

d’enfouissement sont decrites dans l’annexe 5.

Si necessaire, les litieres evacuees des batiments sont couvertes. Les cadavres sont stockes dans des

bacs etanches. Ces stockages ont lieu dans la mesure du possible a l’ecart des batiments permettant

le cas echeant leur evacuation sans entree sur l’exploitation.

La gestion des sous produits et de leur evacuation, y compris depuis l’abattoir, est detaillee en

annexe 6. Des derogations au transfert sans rupture de charge sont proposees dans certains cas.

4.4 Nettoyage, desinfection et vide sanitaire des elevages

Au depart d’un lot, un nettoyage/desinfection complet est mis en place ainsi qu’un vide sanitaire,

des details sont fournis en annexe 7. Ces recommandations sont en coherence avec les referentiels

INAO et ont fait l’objet de concertations avec l’ITAVI.

L’application des mesures de nettoyage et de desinfection et de vide sanitaire est un element critique

dans l’amelioration de la situation sanitaire. Il convient de s’assurer que des actions de

sensibilisation et de formation sont mises en oeuvre par les organisations professionnelles.

Pour la mise en place dans les etablissements en zone de protection et de surveillance une

autorisation doit etre delivree par le DDecPP a la demande de l’exploitation, dans un delai de 2

semaines avant la mise en place, de sorte a ce que le DDecPP puisse, le cas echeant, organiser une

inspection du site pour constater prealablement a la mise en place l’execution des operations.

Pour la mise en place dans les etablissements en zone de restriction, des controles aleatoires ou

cibles seront effectues par les services de la DDecPP. Les inspecteurs de l’INAO informeront

egalement les DDecPP de leurs constats.

4.5 Confinement

4.5.1 En zone de protection et de surveillance

Le maintien en bâtiment des oiseaux est mis en oeuvre afin d’eviter le contact entre les volailles

ou oiseaux captifs avec des oiseaux d’elevages differents, mais aussi de limiter les contacts avec les

oiseaux sauvages.

8/45

Lorsque le maintien en batiment n’est pas envisageable pour des raisons de protection animale, des

solutions alternatives peuvent etre proposees a la DDecPP, en premier lieu la pose de filets. Si ce

n’est pas realisable, il est possible de considerer d’autres solutions dont la combinaison peut

contribuer a diminuer le risque tel que la reduction de la surface des parcours (de 30 % a 50 %) ou

la reduction des temps de parcours diurne, d’eventuels dispositifs d’effarouchement des oiseaux

sauvages, notamment nocturnes.

Dans tous les cas l’acces a l’alimentation et a l’abreuvement doivent etre completement proteges.

Dans les zones de protection, les detenteurs de moins de 100 animaux et les detenteurs de gibier a

plumes ne seront eligibles a aucune derogation.

À ce stade de l’évaluation des risques, l’Anses ne recommande pas de mesures spécifiques visà-

vis de la circulation des carnivores domestiques.

4.5.2 En zone de restriction

Le maintien en batiment (ou la pose de filets) des oiseaux est recommande, afin d’eviter le contact

entre les volailles ou oiseaux captifs avec des oiseaux d’elevages differents, mais aussi de limiter les

contacts avec les oiseaux sauvages, les conditions definies precedemment s’appliquent egalement.

Les prets de materiel entre elevages sont a limiter et soumis a une decontamination.

5 Rassemblements

Les rassemblements tels que les foires, marches et les expositions sont interdits en zone de

protection et en zone de surveillance sans derogation possible.

En zone de restriction, la tenue des expositions ou concours avicoles et ornithologiques est soumise

a une autorisation delivree par le prefet. Cette autorisation doit etre demandee par l’organisateur au

minimum 2 semaines avant le debut de l’exposition ou du concours au DDecPP. Elle est delivree

sous reserve du respect des conditions decrites en annexe 8 qui doivent etre inscrites dans le

reglement interieur de l’exposition ou du concours.

6 Gestion des mouvements d’oiseaux

Le principe de base est de limiter les mouvements d’oiseaux, facteur connu de dissemination de la

maladie (via les oiseaux, les vehicules et les personnes), et de maintenir la densite de volailles, autre

facteur de risque bien etabli, aussi basse que possible.

En zone de protection et en zone de surveillance, les mouvements de volailles sont interdits,

certaines derogations sont possibles. Au sein de la zone de restriction, les mouvements de volailles

sont autorises sous certaines conditions. Le non respect de ces conditions doit conduire a des

interdictions de mouvements et des sanctions. Les mouvements depuis la zone de restriction vers le

reste du territoire et vers les autres pays sont interdits, certaines derogations sont cepndant

possibles.

Les mouvements de transit direct sans rupture de charge par les grands axes routiers ou ferroviaires

restent autorises.

9/45

6.1 Derogations aux sorties d’exploitations pour abattage et gavage

Ces dispositions s’appliquent pour la sortie des exploitations situees en zone de protection et en

zone de surveillance. En cas de destination vers un autre departement de la zone de restriction, il est

necessaire de s’assurer de l’accord du departement destinataire. Dans tous les cas, ces derogations

doivent s’accompagner d’une procedure canalisee, de desinfection du camion en sortie

d’exploitation (roues, bas de caisse) et d’une desinfection approfondie apres dechargement.

6.1.1 Zone de protection

Les palmipedes et les volailles des autres especes des zones de protection peuvent etre abattus ou

mis en gavage en zone de restriction sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie

biosecurite et du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie sans rupture de charge;

- realisation 24h au prealable d’une visite veterinaire pour controler l’etat sanitaire des animaux par

l’examen clinique, la verification des informations du registre d’elevage et la realisation de

prelevements pour analyse virologique en cas de suspicion clinique ;

- les viandes abattues dans un etablissement agree peuvent etre transportees et commercialisees sur

le territoire national exclusivement, sous reserve d’un abattage immediat et separe des animaux,

suivi d’un nettoyage desinfection;

- realisation d’une inspection ante mortem par le service d'inspection, a l’abattoir de destination ou

la SAAF (salle d'abattage agreee a la ferme);

Les animaux abattus en etablissement d'abattage non agree (EANA ou "tuerie") en zone de

protection ne peuvent pas etre commercialises.

6.1.2 Zone de surveillance

Les palmipedes et les volailles des autres especes des zones de surveillance peuvent etre abattus ou

mis en gavage en zone de restriction sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie

biosecurite et du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie sans rupture de charge;

- realisation prealable d’une visite veterinaire pour controler l’etat sanitaire des animaux par

l’examen clinique, la verification des informations du registre d’elevage et la realisation de

prelevements pour analyse virologique en cas de suspicion clinique ;

- jusqu’a nouvel ordre, la realisation prealable de la visite veterinaire peut etre remplacee par

l’envoi prealable au service d’inspection de l’abattoir des informations reglementaires sur l’etat

sanitaire du lot. En cas de mortalite anormale ou de signes evocateurs d’influenza aviaire, les

animaux ne doivent pas etre deplaces et une visite veterinaire doit etre organisee, avec examen

clinique, verification des informations du registre d’elevage et realisation de prelevements pour

analyse virologique ;

- realisation d’une inspection ante mortem par le service d'inspection, a l’abattoir de destination ou

la SAAF (salle d'abattage agreee a la ferme).

6.1.3 Zone de restriction

Les volailles des elevages en zones de restriction (hors ZS et ZP) peuvent etre abattues ou mises en

gavage en zone de restriction sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie

biosecurite. Il n’y a pas de derogation pour l’abattage ou la mise en gavage a destination de

l’exterieur de la zone de restriction.

10/45

6.2 Derogations pour les volailles pretes a pondre

Il n’y a pas de derogation pour la sortie de volailles pretes a pondre depuis la zone de restriction

vers l’exterieur de la zone de restriction.

Au sein de la zone de restriction la mise en place de volaille prete a pondre est soumise au respect

des mesures prealables de biosecurite.

Les mouvements de volailles pretes a pondre de zone de surveillance vers la zone de restriction

peuvent etre autorises sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie biosecurite et du

respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie sans rupture de charge ;

- realisation de visites veterinaires avec realisation de prelevements et obtention d’analyses

virologiques (PCR) favorable dans les 5 jours precedant le transport depistage avec prelevements

standards sur au moins 30 individus sur chaque unite,

- mise sous surveillance de l’exploitation de destination pendant au moins 21 jours.

6.3 Derogation pour les poussins d’un jour

6.3.1 Pour les couvoirs en zone de protection ou de surveillance

Les sorties de poussins d’un jour a destination d’une exploitation situee en zone de restriction

peuvent etre autorisees sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie biosecurite et

du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie sans rupture de charge ;

- surveillance des oisillons pendant une periode minimale de 21 jours ;

- realisation d’une inspection approfondie, decrite en annexe 9, afin de verifier que les regles de

fonctionnement du couvoir en matiere de logistique et de biosecurite permettent d’eviter tout

contact entre ces oeufs et tout autre oeuf a couver ou poussin d’un jour provenant de troupeaux de

volailles suspects d’influenza aviaire.

Une inspection dediee doit etre realisee a l’occasion de la premiere demande de derogation. Elle

doit etre realisee en presence d’un agent de l’administration, expert dans le domaine avicole

(personne ressource, referent national, charge d’etude). Pour les demandes ulterieures il est possible

de se baser sur les resultats de la premiere inspection, ce qui n’exclut pas la realisation de controles

complementaires aleatoires ou cibles.

Une vigilance particuliere doit etre exercee vis-a-vis des couvoirs qui ne seraient pas adherents a la

charte sanitaire salmonelle. La presentation de l’ensemble des resultats d’autocontrole et la

realisation des visites veterinaires dans les elevages reproducteurs d’origine des oeufs a couver

peuvent etre exigees, avec le cas echeant et apres avis de la DGAl, des demandes d’analyses.

6.3.2 Pour les couvoirs en zone de restriction

Les sorties de poussins d’un jour a destination d’une exploitation situee hors zone de restriction

peuvent etre autorisees sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie biosecurite et

du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie ;

- les elevages reproducteurs d’origine des oeufs a couver ne sont pas en zone de protection, en zone

de surveillance et ne sont pas suspects d’influenza ;

- surveillance des oisillons pendant une periode minimale de 21 jours ;

11/45

- realisation d’une inspection approfondie, decrite en annexe 9, afin de verifier que les regles de

fonctionnement du couvoir en matiere de logistique et de biosecurite permettent d’eviter tout

contact entre ces oeufs et tout autre oeuf a couver ou poussin d’un jour provenant de troupeaux de

volailles suspects d’influenza aviaire ou situes en zone de protection ou de surveillance.

Une inspection dediee doit etre realisee a l’occasion de la premiere demande de derogation. Elle

doit etre realisee en presence d’un agent de l’administration expert dans le domaine avicole

(personne ressource, referent national, charge d’etude). Pour les demandes ulterieures il est possible

de se baser sur les resultats de la premiere inspection, ce qui n’exclut pas la realisation de controles

complementaires aleatoires ou cibles.

Une vigilance particuliere doit etre exercee vis-a-vis des couvoirs qui ne seraient pas adherents a la

charte sanitaire salmonelle. La presentation de l’ensemble des resultats d’autocontrole et la

realisation des visites veterinaires dans les elevages reproducteurs d’origine des oeufs a couver

peuvent etre exigees, avec le cas echeant et apres avis de la DGAl, des demandes d’analyses.

Pour les échanges, les autorites de l’Etat Membre de destination donnent leur accord pour l'arrivee

des lots sur leur territoire. Afin d'organiser la mise en place de ces derogations, la DDecPP

informera les expediteurs qui souhaiteraient en beneficier qu'il leur appartient de transmettre la

demande de derogation (cf. annexe 10) au responsable de l'exploitation de destination, afin qu'il

obtienne l'accord ecrit de son autorite veterinaire officielle. Une fois l'accord delivre par l’Etat

membre de destination, la derogation dument remplie doit etre transmise a la DDecPP du

departement charge d'etablir le certificat sanitaire, conformement aux dispositions de la directive

2009/158/CE.

Le certificat TRACES devra comporter la mention suivante :≪ Les poussins d'un jour repondent aux

dispositions sanitaires fixees par la Decision de la Commission n° XXX / 2015. ≫ (a completer en

fonction de la decision en vigueur au moment de l’expedition).

6.4 Derogation pour les oeufs a couver

6.4.1 Pour les elevages en zone de protection et de surveillance

Les sorties des oeufs a couver d’exploitation a destination d’un couvoir situe en zone de restriction

peuvent etre autorisees sous reserve du respect des conditions decrites dans la partie biosecurite et

du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie ;

- desinfection des oeufs et de leur emballage,

- tracabilite des oeufs et enregistrement regulier des donnees d’elevage (viabilite, eclosabilite des

oeufs)

- audit de biosecurite du couvoir destinataire (qui peut etre la meme inspection que celle prevue

pour la derogation de sortie des poussins);

- realisation periodique, tous les 15 jours, de visites veterinaires avec realisation de prelevements et

analyse virologique si l’elevage est en zone de protection

ou

- enquete serologique relative a l’influenza aviaire permettant de detecter une prevalence de 5 %,

avec un degre de fiabilite de 95% au moins, ayant abouti a un diagnostic negatif si l’elevage est en

zone de surveillance.

6.4.2 Pour les elevages en zone de restriction

12/45

Les sorties des oeufs a couver d’exploitation (situee hors ZP et ZS) a destination d’un couvoir situe

hors zone de restriction peuvent etre autorisees sous reserve du respect des conditions decrites dans

la partie biosecurite et du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie ;

- desinfection des oeufs et de leur emballage,

- tracabilite des oeufs et enregistrement regulier des donnees d’elevage (viabilite, eclosabilite des

oeufs)

- audit de biosecurite du couvoir destinataire (qui peut etre la meme inspection que celle prevue

pour la derogation de sortie des poussins);

- enquete serologique relative a l’influenza aviaire permettant de detecter une prevalence de 5 %,

avec un degre de fiabilite de 95% au moins, ayant abouti a un diagnostic negatif si l’elevage est en

zone de surveillance

Le certificat TRACES devra comporter la mention suivante : ≪ Les oeufs a couver repondent aux

dispositions sanitaires fixees par la Decision de la Commission n° XXX / 2015. ≫ (a completer en

fonction de la decision en vigueur au moment de l’expedition).

6.4.3 Autres mouvements d’oiseaux

La sortie des volailles demarrees d’une zone de surveillance vers la zone de restriction est

envisageable dans les memes conditions que la sortie des poulettes pretes a pondre.

Les oiseaux d’ornement, a l’exclusion des volailles, peuvent etre mis en place en animalerie et mis

en circulation sous reserve de verification :

de suivi des bonnes pratiques sanitaires et de l’etat de sante par un veterinaire,

d’attestation de provenance des oiseaux indiquant qu’ils proviennent d’une exploitation en

dehors d’une zone de protection ou de surveillance.

De nombreux autres cas particuliers pourront se poser, au sujet des quels la DGAl s’efforcera de

trouver une reponse en lien avec les structures concernees (solliciter iahp.dgal@agriculture.gouv.fr)

7 Gestion des activites cynegetiques

La chasse au gibier a plume doit etre interdite dans les zones de protection jusqu’a la levee des

APDI des foyers de la zone.

Le lacher de gibier est interdit dans les zones de protection et de surveillance.

Le lacher de gibier en zone de restriction peut etre autorise sous reserve du respect des conditions

decrites dans la partie biosecurite et du respect des conditions suivantes :

- autorisation individuelle du DDecPP pour un transport dedie sans rupture de charge;

- les exploitations d’origine ne sont pas situees en zone de protection ou de surveillance ;

- pour les palmipedes : realisation prealable d’une visite veterinaire pour controler l’etat sanitaire

des animaux par l’examen clinique, la verification des informations du registre d’elevage et la

realisation de prelevements pour analyse virologique systematique, au plus tard 5 jours avant le

lacher ;

- pour les gallinacees :

realisation prealable d’une visite veterinaire pour controler l’etat sanitaire des animaux par

13/45

l’examen clinique, la verification des informations du registre d’elevage

et, si les exploitations d’origine sont situees en zone de restriction, la realisation de

prelevements pour analyse serologique permettant de detecter une prevalence de 5 %, avec

un degre de fiabilite de 95% au moins, ayant abouti a un diagnostic negatif.

En cas de detection dans la faune sauvage, des mesures complementaires peuvent etre prises pour

interdire la chasse au gibier a plume, l’utilisation des appelants et l’usage des chiens courants.

8 Gestion des denrees (viandes et oeufs)

8.1 Viandes

Sous reserve du respect des conditions de biosecurite et de derogation pour les sorties pour abattage

immediat, lorsque des volailles originaires d’une exploitation en zone de protection sont abattues au

sein d'un abattoir CE (y compris SAAF) dans toutes les zones :

une IAM est realisee dans l'abattoir de destination ou la SAAF;

le lot est abattu separement ou a des moments differents des autres volailles, de preference a

la fin de la journee de travail. Les operations de nettoyage et de desinfection qui s'ensuivent

doivent etre terminees avant que l'abattage d'autres volailles puisse etre mis en oeuvre. Le lot

est identifie specifiquement et stocke separement des autres lots.

la marque de salubrite communautaire est remplacee, pour les viandes ainsi produites, par

une marque de salubrite particuliere :

la marque de salubrite communautaire ovale barree (definie a l'annexe II de l'arrete du

14 octobre 2005). Seules les viandes avec cette marque de salubrite communautaire

ovale barree pourront etre destinees aux echanges intracommunautaires ou

internationaux, mais uniquement apres avoir subi un des traitements prevus a l'annexe III

de l'arrete du 14 octobre 2005 dans un etablissement de transformation agree sur le

territoire national. Les produits ainsi traites thermiquement porteront alors la marque de

salubrite communautaire ovale (non barree) sans restriction de mise sur le marche.

ou bien la marque de salubrite nationale carree a angles arrondis (definie dans la

decision 2007/118/CE), avec une restriction de mise sur le marche national;

Toutefois, par derogation au point 4.c) de l'article 16 de l'arrete du 18 janvier 2008 sus-vise, la

marque de salubrite communautaire ovale (non barree) pourra etre utilisee pour les viandes

produites a partir des volailles provenant d'exploitations situees a l'interieur de la zone de

protection, sous reserve que l'abatteur fournisse la preuve qu'il a mis en place un dispositif de

tracabilite garantissant la commercialisation exclusive de ces viandes sur le marche national

[commercialisation en remise directe ou a un commerce de detail fournissant le consommateur

final]. Cette procedure ne pourra etre appliquee qu'apres analyse par la DDecPP.

Des recommandations sont precisees pour la gestion des sous-produits en abattoir, SAAF et en

EANA dans une instruction specifique.

Par ailleurs les volailles non plumees issues d’exploitation situees en zone de protection ne peuvent

etre mises sur le marche en vue d’etre remises au consommateur en l’etat.

8.2 OEufs de consommation et ovoproduits

14/45

Sous reserve du respect des mesures de biosecurite il n’y a pas de restrictions particulieres pour les

oeufs circulant au sein de la zone de restriction.

La sortie des oeufs d’une zone de statut moins favorable vers une zone de statut plus favorable est

interdite, sauf derogation dans les cas de transport direct d’oeufs sous LPS :

vers un centre d'emballage agree, sous conditions d’emballage jetable des oeufs ou

nettoyables et desinfectables et d’application des mesures de biosecurite ;

vers un etablissement agree pour la fabrication d'ovoproduits, selon l’annexe III, section

X, chapitre II du Reglement (CE) n°853/2004 ;

aux fins d'elimination (envoi en filiere sous-produits animaux agrees C3 pour

alimentation animale ovoproduit le cas echeant).

9 Aspects financiers

La prise en charge par le programme 206 ≪ securite et qualite sanitaires de l’alimentation ≫ est

repartie comme suit, sur la base de deux arretes :

Arrete du 10 septembre 2001 etablissant des mesures financieres relatives a la lutte contre les pestes

aviaires : maladie de Newcastle et influenza aviaire

Arrete du 24 fevrier 2006 fixant des mesures financieres relatives a la prevention contre l'influenza

aviaire

9.1 Ce que l’Etat prend en charge directement

9.1.1 Dans le cadre de suspicions

Visite realisee par le veterinaire sanitaire pour l’examen des animaux suspects, le recensement des

especes sensibles, la redaction des documents et compte-rendus.

Actes veterinaires et prelevements realises.

Enquetes epidemiologiques realisees par les veterinaires sanitaires.

Visite dans toute exploitation reliee epidemiologiquement a un foyer ou situee en zone reglementee.

Analyses de laboratoire.

9.1.2 Dans les foyers d’Influenza aviaire

Frais d’expertise de la valeur marchande des animaux.

Frais d’abattage des animaux (y compris le transport si abattage en abattoir).

Transport et destruction des cadavres.

9.1.3 Dans le cadre de la surveillance en zone reglementee

Premiere visite realisee dans une exploitation par le veterinaire sanitaire en vue de permettre le

mouvement des animaux a destination d’un abattoir ou d’une autre exploitation situee en zone

reglementee. Les visites ulterieures sont a la charge de l’eleveur. Prelevements et analyses, le cas

echeant.

Visite veterinaire realisee par le veterinaire en vue de la levee des zones de protection et des zones

de surveillance, prelevements et analyses, le cas echeant.

9.2 Ce que l’Etat indemnise

Valeur marchande des animaux abattus et des produits detruits sur ordre de l’administration.

Frais lies a la destruction des oeufs, l'enfouissement ou a l'incineration, la destruction des aliments

Frais directement lies au renouvellement du cheptel.

Operations de nettoyage et desinfection.

15/45

NB - Avance sur indemnisations

Une avance sur le montant des indemnisations de la valeur marchande des animaux peut etre

consentie sur la base d’un bareme forfaitaire et dans la limite de 50 % du montant total ainsi estime.

9.3 Ce que l’Etat ne prend pas en charge

Le programme 206 ne prend notamment pas en charge :

Les consequences directes de la maladie (mortalite des animaux).

Les autres consequences economiques, notamment celles consecutives aux mesures de restrictions

de mouvements dans les elevages des zones de protection et de surveillance.

Les mesures de surveillance prescrites pour la sortie de zone de restriction des oeufs a couver et des

poussins d’un jour.

Ces frais pourraient cependant etre pris en charge par le FMSE pour lequel l’adoption d’une section

avicole a ete votee le 16/12/2015.

10 Communication

10.1 Communication sur la situation sanitaire

La communication prefectorale suite a tout nouveau foyer ou suspicion forte doit imperativement

etre coordonnee avec le cabinet du ministre de l’agriculture de facon a s’assurer du partage des

memes informations et des messages d’accompagnement sur les mesures mises en oeuvre.

Concernant les informations factuelles sur la situation sanitaire, outre les notifications

internationales, des informations validees par un groupe scientifique sur la situation sanitaire sont

mises en ligne sur le site du Ministere de l’agriculture (http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviairela-

situation-actuelle-en-france) et sur le site de la Plateforme ESA (www.plateforme-esa.fr)

10.2 Communication sur les mesures a mettre en oeuvre aux personnes

concernees

Les differents types de detenteurs recenses et les professionnels pouvant etre appeles a intervenir en

elevage doivent pouvoir avoir acces aux informations sur les mesures les concernant : veterinaires,

GDS, abattoirs, couvoirs, collecteurs d’oeufs, centres d’emballage d’oeufs, casseries, usines de

fabrication d’aliments, entreprises agro-alimentaires, usines d’entreposage ou de traitement de sousproduits

animaux. Des messages seront par ailleurs diffuses au niveau national.

Il est fortement recommande d’organiser a cette fin des reunions avec les maires des communes

reglementees, en associant les principaux partenaires de l’action sanitaire du departement.

Des informations factuelles sur les mesures concernant le grand public et les mesures de biosecurite

sont mises en ligne sur le site internet du ministere

http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-situation-actuelle-en-france

Ces informations peuvent etre completees par des dispositions plus techniques et plus specifiques

16/45

sur le site de la Prefecture et/ou sur le site de la DRAAF.

Vous vous voudrez bien me faire part des difficultes rencontrees dans l’application de la presente

instruction.

17/45

Annexes

Table des matières

Annexe 1 : Mesures de biosecurite dans un foyer..............................................................19

Annexe 2 : Indemnisation de volailles abattues sur ordre de l'indemnisation.....................21

Annexe 3 : saisie des donnees d’investigation....................................................................25

Annexe 4 : Desinfection des materiels et vehicules et protection des personnes..............28

Annexe 5 : Gestion des fumiers et des lisiers......................................................................32

Annexe 8 : Conditions d’autorisation des rassemblements.................................................39

Annexe 9 : Inspection en couvoir.........................................................................................41

Annexe 10: Formulaire de DEROGATION d’echange DE POUSSINS D'un JOUR issus de

zone de LA ZONE REGLEMENTEE....................................................................................45

18/45

Annexe 1 : Mesures de biosécurité dans un foyer

Sécurisation du site

Les mesures de biosecurite les plus strictes sont mises en place.

Recensement precis des especes sensibles presentes.

Maintien en bâtiment (ou la pose de filets) des oiseaux le temps necessaire a la mise en place

de l’assainissement du foyer. Ce confinement implique l’isolement des oiseaux sans contact

possible avec tout autre animal et la reduction de l’espace de parcours.

–Aucun oiseau, ni produit issu d’oiseaux n’est autorise a sortir ou a entrer de l’exploitation.

–La divagation des animaux des autres especes sur le site de detention des animaux est interdite.

Accès aux bâtiments limité aux actions absolument necessaires (suivi sanitaire, soins et

alimentation). Toute personne autorisee a entrer est soumise a des mesures de bio-securite strictes

(changement de tenue et de chaussures ou une combinaison de protection totale et surbottes a usage

unique) ; mesures a respecter pour l’entree et la sortie.

–Moyens de lavage et de désinfection entretenus regulierement (sas et/ou pediluve) obligatoires a

l’entree des batiments.

Accès limité egalement à l’entrée de l’exploitation ; Toutes les entrees de l’exploitation non

condamnees sont pourvues d’une signalisation et de dispositifs de desinfection ; choisir de

preference une aire non boueuse, avec la mise en place de materiel et de produit actif contre le virus

de l’influenza aviaire pour la desinfection des vehicules et des bottes des personnes autorisees. Pour

les pediluves et si mise en place d’un rotoluve, la solution desinfectante est maintenue propre et a

l’abri de la pluie, elle est changee au moins une fois par jour.

Entrée de véhicule interdite sur le site de detention des animaux.

Les livraisons et collectes sont suspendues le temps necessaire a la mise en place de

l’assainissement du foyer. Aucun vehicule ne peut sortir de l’exploitation sans autorisation.

Seuls les vehicules utilises pour le transport du materiel d’abattage et de desinfection ou pour la

destruction et le transport des cadavres sont autorises a penetrer dans l’enceinte de l’exploitation.

Des moyens de desinfection pour le vehicule sont mis en place ; les roues et bas de caisse des

vehicules autorises sont laves avec un produit detergent et sont desinfectes.

–Les silos et stockage d’aliment restant sont proteges.

–Aucun materiel ne sort sans autorisation et seulement apres decontamination.

Assainissement du foyer

Ces operations s’effectuent dans le respect des mesures de bio-securite pour les personnes et les

vehicules intervenant dans l’exploitation.

Mise à mort de tous les animaux sensibles du site est fait a l’aide de GT Logistic sauf cas

particulier a voir avec la DGAl.

Des prelevements ou analyses complementaires peuvent etre utiles pour l’evaluation du risque, a

faire confirmer par la DGAl qui prend l’attache du LNR sur cette question.

–Les volailles sont collectees par un équarrissage pour un transport direct (sous camion bache et

desinfecte) en usine de traitement C2.

– Les produits (viandes/oeufs) sont collectes avec les volailles pour destruction. Les oeufs peuvent

etre dirigees vers un etablissement fabriquant des ovoproduits agrees suivant le reglement CE

853/2004 pour etre manipule et traite selon le reglement CE 852/2004.

– L’ensemble des sous-produits est detruit ou transforme selon les prescriptions techniques (cf. la

19/45

notice « Gestion des sous-produits animaux de volailles au sein des zones réglementées »).

Vu le risque de persistance du virus dans la litiere et le lisier, il est preconise le transport direct des

lisiers vers une usine d’incineration, de compostage ou de methanisation agree C2 situee a

proximite du foyer. En dernier recours, la mise en tas ou le compostage sur un site securise ou le

traitement sur place du lisier sont possibles (cf. la notice « Gestion des lisiers et fumiers dans les

foyers »).

---> Prévoir un procès verbal d’abattage et des quantités et natures de produits détruits.

Dans le cas d’infection à IA FP, les animaux peuvent etre achemines dans un abattoir selon les

conditions prevues par la note 2008-8287 et apres avis DGAL.

Les viandes sont alors valorisables. Toutefois, les sous-produits issus de ces viandes doivent suivre

le circuit C2.

I. Décontamination :

Il est important au prealable de definir un plan de decontamination en vue de :

circonscrire la contamination en maitrisant les mouvements des vehicules, animaux, et des

personnes…

recenser l’ensemble des objets à decontaminer ; pour chacun la description et les modalites

de decontamination sont decides et precises.

Les objets a decontaminer peuvent etre classes en trois sous-ensembles :

Environnement : parcours, abords du batiment et de la fosse a lisier, points de passage ou de

regroupement des animaux, chemins et routes…

Supports inertes : locaux et matériels d’élevage ; interieur de tous les locaux ayant abrites des

animaux (poulaillers, volieres, cabanes,…), des produits animaux, de l’alimentation (auges,

abreuvoirs, mangeoires, radiants…), du materiel d’elevage ou des vehicules.

Produits organiques ou destinés aux animaux, déjections (fumiers et lisiers), consommables

et fournitures (cartons, vetements, balais, emballages souilles…). Ils pourront etre decontamines

ou detruits in-situ ou etre evacues vers un site dedie.

Des notices et procedures sont precisees dans la note de service 2007-8112 relative au plan

d’urgence- mesures a prendre dans le foyer ; conditions de nettoyage et desinfection. Tout objet ou

toute matiere qui ne peut etre desinfecte est detruit ou enfoui.

L’exploitation (batiments et abords) est ensuite nettoyee et desinfectee en trois temps :

–Nettoyage et desinfection preliminaire realises immédiatement après l’abattage et l’enlevement

des animaux (animaux egalement asperges de desinfectants) ; raclage et aspersion de desinfectant.

–Nettoyage soigneux et desinfection complete realises 24h plus tard. Il peut etre egalement

necessaire de deratiser avant de commencer les operations. Les equipements sont demontes, tries et

detruits si non desinfectables.

La desinfection s’applique au maximum dans les 24h apres le nettoyage. Les eaux de rincage et de

desinfection des batiments seront evacuees en meme temps que le lisier. Une fois videes, les fosses

a lisiers et les abords sont egalement nettoyes et desinfectes.

–Renouvellement de l’operation de desinfection 7 jours plus tard (temps de sechage).

Le plan de nettoyage et desinfection est vise au fur et a mesure du deroulement par l’operateur et le

DDPP.

Le repeuplement ne peut avoir lieu qu’au plus tot dans les 21 jours suivant les dernieres operations

de desinfection, et ce, sous certaines conditions, en relation avec les autorisations d’entree en zone

reglementee.

20/45

Annexe 2 : Indemnisation de volailles abattues sur ordre de

l'indemnisation

En quoi consiste l'indemnisation?

L'Arrete ministeriel du 10 septembre 2001 prevoit l'indemnisation des pertes subies suite a

l'abattage d'oiseaux ou a leur sequestration et cette indemnisation renvoie a l’arrete ministeriel du

30 mars 2001 en ce qui concerne le choix des experts et la definition d'une valeur de remplacement

tenant compte de la valeur marchande objective des oiseaux et des pertes directement liees a leur

abattage.

L’expert designe est charge de l’appliquer au sein de l’exploitation concernee par la mesure

administrative. L’expertise doit prendre en compte les trois criteres suivants

- le manque à gagner provoqué par l’arrêt momentané de production resultant de l’abattage des

animaux et du vide sanitaire impose par l’administration (selon la reglementation en vigueur pour la

maladie concernee). Sur cette periode, il est represente par une perte de marge brute (difference

entre la valeur des produits finis et les frais alimentaires et veterinaires) ;

- les coûts supplémentaires liés au repeuplement éventuel en reproducteurs. Ils incluent la

valeur de remplacement des reproducteurs supplementaires par rapport a une activite normale ainsi

que les charges alimentaires et veterinaires qui s’y rattachent.

- la valeur des produits détruits, en particulier les oeufs, les aliments et fourrages détruits.

Conformement a l'arrete du 10 septembre 2001, les frais de nettoyage et desinfection des

exploitations infectees sont pris en charge sur presentation des justificatifs de factures acquittees.

Quand ce dossier doit-il être réalisé ?

Il n'est pas necessaire que les animaux soient toujours vivants pour mener l'expertise. Lors de la

detection d'un foyer, l'urgence est de limiter la diffusion de la maladie. Il convient cependant de

prevenir sans delai l'eleveur de la necessite qu'il rassemble les pieces justificatives necessaires a la

constitution du dossier.

L’inventaire des animaux et des produits est realisee en prenant comme reference le jour de l’APDI.

Les oiseaux morts entre le delai d’abattage et le jour de l’APDI ne sont pas deduits de cet

inventaire.

Qu'y a-t-il dans le dossier ?

- Le PV d'abattage qui doit mentionner les especes et les categories d'animaux abattus, leur age et

vocation technique ainsi que le nombre d'animaux de chaque categorie.

-Les pieces justificatives comme les documents comptables permettant de calculer la marge brute et

la duree de production, et justifiant pour les elevages concernes les valeurs des reproducteurs.

Qui réalise l'expertise?

L'AM du 20/03/2001 stipule que l'expertise est menee par deux experts choisis par l'eleveur sur la

liste presentee par la DDPP. L'un est issu du departement, le second d'un departement voisin.

Il est necessaire qu'un agent de la DDPP soit present lors de l'expertise.

Cependant pour les basses-cours comportant peu d'animaux (de 1 a 249 animaux) l'expertise peut

21/45

etre directement menee par un agent de la DDPP, sauf demande expresse du proprietaire. Pour les

exploitations de petite taille (de 250 a 2500 animaux), la presence d'un seul expert est acceptee.

Il pourrait etre opportun, avec l'accord des parties que les expertises de plusieurs elevages soient

menees simultanement, a la DDecPP par exemple, apres collecte des documents comptables chez

les eleveurs concernes.

Des grilles d'indemnisation des differentes categories d'animaux en fonction de leur espece et de

leur age vont vous etre communiquees.

A titre d'exemple, sont developpees les procedures d'indemnisation pour des elevages

d'engraissement.

Engraissement

Pour les engraisseurs purs, les exploitations fonctionnant en plusieurs bandes ou en bande unique.

Cependant dans les exploitations elevant plusieurs bandes simultanement, les bandes sont dans la

quasi totalite des cas conduites separement dans des batiments ou parcours distinct. Dans ce

contexte il convient de traiter chaque unite separement avec conduite de bande unique et une

sequence engraissement, vide sanitaire , nouvelle mise en place pour engraissement.

1. Calcul du préjudice sur le stock abattu PS

Il convient de calculer le prejudice sur le stock (PS) soit le produit de vente de la bande theorique

auquel on soustrait les charges proportionnelles qui ne seront pas engagees par l'eleveur sur la

duree d'engraissement residuelle.

Ces charges sont principalement l'alimentation, l'énergie ( eclairage et chauffage) l'eau et les frais

vétérinaires. L'achat des animaux mis en place pour l'engraissement ayant ete effectue n'est pas a

prendre dans les charges proportionnelles.

A titre d'exemple un parquet de poulets labels abattus normalement a 83 j est elimine pour cause

sanitaire a 28 j d'age. Le prejudice subi correspond a la valeur attendue des poulets a 83 j a laquelle

on retire les charges proportionnelles sur 83- 28 soit 55 j. Valeur attendue et charges

proportionnelles sont calculees en se referant aux donnees techniques et comptables de l'elevage.

Le stock de chaque parquet ou batiment est evalue selon ce principe.

2. Le manque à gagner suite à l'arrêt de production

Il convient de calculer le manque a gagner sur la periode de vide sanitaire imposee par

l'administration a la suite de l'abattage sanitaire, diminuee du vide sanitaire normal entre 2 bandes

successives appliquee par l'elevage et ce pour chaque parquet ou bâtiment pris séparément.

2 methodes peuvent etre utilisees

- une méthode globale permettant de calculer pour chaque parquet la marge brute annuelle

degagee et de la rapporter a un temps d'arret d'exploitation a l'origine du manque a gagner.

Cette marge brute annuelle correspond aux produits annuels minores des charges proportionnelles

annuelles suivantes :

• achats d'animaux,

• alimentation,

• frais veterinaires,

• energie , fluides, eau

22/45

Elle peut etre determinee sur l’historique des 12 mois ou de l'annee pleine ou comptable precedente.

Un rapport est ensuite etabli entre le temps t en jours = VS (vide sanitaire impose) –vs (vide

sanitaire habituel) et une annee soit 365j

MAG ( manque a gagner ) = MBA ( marge brute annuelle) x t (en jours) /365

une methode plus prospective consistant

- une méthode plus prospective consistant a evaluer le manque a gagner sur le temps t mais au

vu du planning de mise en place previsionnel etabli. Cette methode permet d'apprehender au plus

juste la sequence de mise en place dans chaque parquet ou batiment d'eventuelles especes et

durees d'elevage differentes.

Le calcul du manque a gagner se fait alors en confrontant le temps t = ( VS-vs) au planning

previsionnel et a la duree d'engraissement prevue pour la ou les bandes prevues sur ce temps t et

en calculant alors le manque a gagner .selon la marge brute ou la fraction de marge brute de chaque

session d’elevage prevue dans ce temps t.

Exemple : pour un arrêt du bâtiment de 120 jours au lieu d'un vide sanitaire habituel de 30 j et avec

une mise en place prévisionnelle de poulets standards de 42 j puis de poulets tradition de 80j

- sur les 120 j auraient du se succéder 30 j de vs, 42 j de poulets standard, 30j de vs puis démarrage

de 18 j des poulets traditionnels le manque à gagner est de la marge brute d'une bande complète de

poulets standards (prix de vente – achats poussins-alimentation-frais vétos-énergie,fluides) et de

18/80 de la marge brute de poulets tradition calculée selon la même formule.

Pour ces 2 methodes, il serait necessaire de fixer un temps de vide sanitaire maximum pour eviter

que la partie nettoyage effectuee par l'eleveur ne se fasse sur un temps disproportionne.

D'autre part, si l'eleveur cesse son exploitation, il n'y a pas de justification de la prise en compte d'un

manque a gagner

3) destructions de produits

destruction du culot de silo d'aliment, de paille, eventuellement de materiel a prendre en compte au

prix des produits ( decompter vetuste sur le materiel)

4) désinfection

Sur facture et selon la participation de l'Etat qui sera arbitree

Pièces justificatives à fournir

éléments comptables

factures de vente des produits finis (volailles d'engraissement, volailles demarrees ou pretes a

pondre, oeufs...)

achats d'aliment, factures veterinaires, factures fluides (eau, electricite, gaz,...) frais finnaciers et

amortissements

éléments techniques

Nombre d'animaux et poids des produits finis, indices de consommation, indices de production (nbre

d'oeufs produits/volaille par exemple)

bilans sanitaires

23/45

Parallèlement, des grilles ITAVi, peuvent apporter des éléments statistiques sur la valeur des produits

finis, la durée d'engraissement et les charge en fluide (eau, gaz, électricité) des différents types de

production qui peuvent servir d'éléments de cohérence pour le calcul.

24/45

Annexe 3 : saisie des données d’investigation

Les liens vers le questionnaire sphinx sont les suivants. Il est demande de renseigner de maniere

quotidienne la base Sphinx : a ce titre, un nouveau formulaire doit etre cree des lors qu'une nouvelle

visite realisee chez un detenteur de volailles, sans attendre les resultats d'analyse de laboratoire. A la

fin de ce premier enregistrement, a sauvegarder (en allant sur la page 4/4 du formulaire et cliquant

sur ≪ enregistrer ≫), vous veillerez a imprimer la synthese presentee a l'ecran, afin de recueillir le

code / cle du formulaire.

A reception des resultats d'analyse (realisees par par le laboratoire agree ou le LNR), le formulaire

concerne sera modifie en utilisant le lien modification et en saisissant le code/cle du questionnaire.

L'ensemble des donnees (a l'exception du code / cle du questionnaire) est consultable via le lien

telecharger.

Saisir un formulaire : http://enquetes.local.varenne.agri/bzma/enqueteinfluenza/questionnaire.htm

Revenir sur un formulaire deja saisie grace a son code/cle :

http://enquetes.local.varenne.agri/bzma/enqueteinfluenza/modification.htm

Consulter / telecharger les donnees saisies :

http://enquetes.local.varenne.agri/bzma/enqueteinfluenza/tables.htm

Consulter / modifier / telecharger les donnees saisies :

http://enquetes.local.varenne.agri/bzma/enqueteinfluenza/tables_dgal.htm.

Actions de surveillance concernées

Les actions de surveillance suivantes doivent etre enregistrees dans cette base de donnees :

interventions programmees realisees dans les elevages situes en zone reglementee, visites effectuees

dans les elevages en lien epidemiologiques, depistages realises dans le cadre de demandes de

derogations aux interdictions de mouvements, interventions realisees dans le cadre de la

surveillance evenementielle (suspicion clinique).

A noter que les actions de surveillance realisees dans le cadre de l'enquete serologique annuelle

n'ont pas a etre renseignees dans ce fichier, mais doivent etre saisies dans Sigal. Par ailleurs,

l'enregistrement des donnees dans Sphinx se fait sans prejudice d'une information a la MUS en cas

d'alerte (suspicion clinique ou analytique suite a une PCR positive en H5 ou H7).

Période concernée

Les donnees a enregistrer portent a la fois sur les actions de surveillance a venir, mais egalement sur

les actions de surveillance realisees depuis le 24 novembre.

Données à renseigner sur les actions de surveillance réalisées depuis le 24 novembre

Pour la reprise d'historique, il n'est pas demande de collecte retrospective des informations aupres

des veterinaires, eleveurs ou laboratoires : les donnees a renseigner seront donc celles disponibles a

la DDecPP.

Données à renseigner sur les actions de surveillance à venir

Les variables a renseigner sont presentees en annexe 1 de cette note, et seront celles egalement a

renseigner lorsque Sigal sera operationnel. Un formulaire doit etre renseigne par visite et detenteur.

La saisie des donnees est obligatoire (contrainte informatiquement) pour les donnees suivantes :

- Nom de la personne ayant saisi les donnees et n° de telephone ;

25/45

- Departement de l'elevage (liste déroulante)

- Nom ou raison sociale du detenteur ;

- Detenteur professionnel ou non (liste déroulante) : un professionnel detient plus de 250 animaux ;

- Code Insee de la commune : aucune liste deroulante pre-etablie n'a pu etre integree pour cette

variable. Il est donc demande d'etre particulierement vigilant dans la saisie de cette information,

cruciale pour l'analyse ulterieure des donnees.

- Filiere et espece detenue au moment de la visite (listes déroulantes)

- Motif de la visite (liste déroulante) : dans le cadre de la surveillance evenementielle (suspicion

clinique), d'une demande de derogations aux restrictions de mouvements (dérogation mouvement),

de la surveillance mise en place dans les zones reglementees (surveillance programmée), ou de

demande spontanee de l'eleveur (autre).

La saisie des autres donnees reste requise pour les actions de surveillance a venir, a l'exception :

- du n° Siret, du n° d'EDE et du n° Inuav, variables non obligatoires pour les detenteurs non

professionnels, c'est-a-dire ayant moins de 250 animaux ;

- de la souche isolee, de sa virulence et de la date du resultat du LNR, non renseignees si la variable

RESULTAT_LNR est sans objet.

Information des vétérinaires et des laboratoires agréés

En amont de la saisie des donnees, il convient de veiller a leur collecte effective, qui implique une

information des veterinaires et des laboratoires agrees sur les donnees a transmettre, chacun

respectivement. En particulier, les resultats de laboratoire devront etre renseignes dans le format

prochainement prevu par les fiches de plan d'analyse.

Rôle des Draaf

Les Draaf ayant pour mission de piloter, animer et coordonner les actions menees pour le compte du

MAAF en DdecPP, il leur est demande de s'assurer de la qualite des donnees renseignees dans la

base de donnees, via l'interface : "tables.htm". Ces donnees pourront egalement etre utilisees le cas

echeant pour realiser des syntheses regionales ou pour les departements de leur region, en tant que

de besoin, et selon les moyens disponibles et les demandes locales.

26/45

Tableau 1 : Type de données à centraliser

27/45

Variable Libellé Modalités

code_formulaire Code formulaire Code genere automatiquement

DPT Departement Liste deroulante des departements

Nom_raison_social Nom ou raison sociale Nom ou raison sociale du detenteur

Pro_o_n Professionnel

SIRET Numero SIRET Si le detenteur a un n° Siret, l'indiquer

EDE Numero EDE Si le detenteur a un n° EDE, l'indiquer

INUAV Numero INUAV

INSEE Code INSEE de la commune Saisir le code insee de la commune.

filiere Filiere

espece Espece

MODALITES_ELEVAGE Modalites d'elevage

EFFECTIFS Renseigner les effectifs le jour de la visite

ZONE_CONCERNE Zone concernee

MOTIF_VISITE Motif de la visite

DATE_VISITE Date de la visite Date de la visite

Numero d'ordre du cabinet veterinaire

NOM_VETERINAIRE Nom du veterinaire Nom du veterinaire ayant realise la visite

SIGNES_CLINIQUES Signes cliniques

PRELEVEMENTS Prelevements

RESULTAT_RT_PCR_geneM Resultat RT PCR geneM

RESULTAT_RT_PCR_H5 Resultat RT PCR H5

RESULTAT_RT_PCR_H7 Resultat RT PCR H7

RESULTAT_SERO Resultat serologie

RESULTAT_LNR Resultat LNR

souche Souche (type : HxNy)

virulence Virulence

resultat_LNR1 Date du resultat LNR Date de resultat du LNR (s'il y a un resultat LNR)

statut_elevg Statut elevage

commentaire Commentaire Commentaire libre

CLE Cle Cle du formulaire (automatique)

DATE_SAISIE Date de saisie Date de saisie automatique

Oui ; Non

Si le detenteur est un detenteur professionnel, cette

donnees doit etre renseignee

Chair ; Ponte ; Reproduction ; Gavage ; Autre

Gallus gallus ; Dindes ; Cailles ; Canards ; Oies ;

Pintades ; Gibier a plumes ; Autre

Claustration totale ; Plein air (des lors qu'une partie des

animaux a acces a un parcours plein air)

Effectifs (nombre d'animaux presents a une

100aine pres)

Zone de surveillance ; Zone de protection ; Autre

Suspicion clinique ; Enquete epidemiologique ; Derogation

mouvement ; Surveillance programmee ; Autre

NUMERO_ORDRE_CABINET_VET

ERINAIRE

Numero d'ordre du cabinet veterinaire (> 500

000)

Oui ; Non

Oui ; Non

Resultat rendu par le laboratoire agree :

Detecte ; Non detecte ; Douteux ; Non interpretable ; Non

realise

Resultat rendu par le laboratoire agree :

Detecte ; Non detecte ; Douteux ; Non interpretable ; Non

realise

Resultat rendu par le laboratoire agree :

Detecte ; Non detecte ; Douteux ; Non interpretable ; Non

realise

Resultat rendu par le laboratoire agree :

Positif ; Negatif ; Douteux ; Non interpretable ; Non realise

Confirme ; Infirme ; En attente ; Sans objet

Indiquer le resultat de typage du LNR (s'il y a un resultat du

LNR)

HP ; FP (s'il y a un resultat LNR)

Suspect ; Indemne ; Infecte

Annexe 4 : Désinfection des matériels et véhicules et

protection des personnes

Le virus survit essentiellement dans la matiere organique. La phase de nettoyage est donc tres

importante. La persistance du virus diminue ensuite notamment par l’augmentation de temperature

et la dessiccation (de moins de 24h a 13 jours dans les fientes par exemple).

Vous trouverez joints au document les categories de biocides utilisables (le virus IA est de classe A)

et une synthese des etapes de mise en oeuvre de decontamination de vehicule.

Un inventaire des produits agrees (en cours de consolidation, à usage interne) est consultable sur

l’intranet ; http://intranet.national.agri/Desinfection. En application de la reglementation

communautaire2, certains desinfectants sont desormais interdits, par exemple la soude. Toutefois, si

cela s’averait necessaire et en l’absence d’autres substances actives efficaces, son usage pourra etre

sollicite par la DGAl aupres la Commission et autorise temporairement. Les mesures de protection

adaptees des operateurs devront etre alors utilisees.

Vous pouvez vous appuyer egalement sur la note de service 2007-8112 relative au plan d’urgence –mesures a prendre dans le foyer ; conditions de nettoyage et desinfection.

Tout vehicule apres transport d’animaux vivants doit etre nettoye et desinfecte (interieur et

exterieur).

A cet effet il est recommande de proceder au recensement des installations professionnelles

equipees pour le nettoyage et la desinfection des vehicules.

Les vehicules lies aux activites d’elevage doivent rester dans la mesure du possible en limite

d’exploitation.

Les collectes ou livraisons au depart et a destination d’etablissement d’elevage sont reorganisees

(collectes et livraisons par zone ou centripete) pour assurer la maitrise des contaminations

eventuelles.

Si entree dans un etablissement, ces vehicules doivent etre desinfectes a l’entree et a la sortie

(exterieur). A cet effet, les professionnels sont tenus d’avoir dans leur vehicule du materiel de

desinfection pour eux et pour leur vehicule afin de pouvoir eliminer les souillures et de proceder a

la pulverisation de desinfectant. En fin de tournee ou lors de passage vers une zone a statut plus

favorable, la procedure de decontamination de l’exterieur de vehicule decrite ci-dessous doit etre

rigoureusement mise en place. L’interieur n’est nettoye et desinfecte qu’apres dechargement.

Toute personne entrant dans un batiment d’elevage revet une tenue de protection (port d’une

combinaison jetable, gants, charlotte, pedisacs,…) et pratique un lavage correct des mains aux

moments opportuns. Au minium, a la descente du vehicule, le port de combinaison jetable et de

pedisacs est requis.

Extérieur du véhicule – essentiellement caisse, dessous de caisse et roues

ETAPE Méthode

1. Élimination des souillures Gratter, brosser a sec : enlever toutes les grosses souillures (exterieurs,

dessous…)

2. Nettoyage de l’extérieur Pulverisation de detergent au canon a mousse ou a la pompe en position

basse pression (20 a 40 bars) a une distance qui evite la production

d’aerosols ; laisser agir au moins 10 minutes ; eau chaude generalement

recommandee (50-77°C).

3. Rinçage de l’extérieur Pulverisation d’eau a la pompe en position basse ou haute pression

2 Reglement UE N° 528/2012

28/45

(attention toutefois aux projections) ; travailler de haut en bas ; insister sur

les roues, garde boues, dessous… ; laisser secher.

4. Rinçage de la zone de lavage Rincer la zone de lavage pour eliminer les souillures

5. Contrôle visuel Si le controle est non satisfaisant, recommencer les operations de

nettoyage.

6. Désinfection de l’extérieur Pulverisation de desinfectant a la pompe en position basse pression ;

travailler de haut en bas ; insister sur les roues, garde boues, dessous…

7. Rinçage du véhicule Pulverisation d’eau a la pompe en position basse ou haute pression

(attention toutefois au risque de dissemination

du virus) ; travailler de haut en bas ; insister sur les roues, garde boues,

dessous…

8. Séchage

12. Inspection Inspection visuelle et enregistrement/certification si requis.

Intérieur du véhicule - cabine et caisse de chargement

– cabine :

L’equipement de protection de biosecurite est enleve avant la montee dans la cabine, notamment les

surbottes.

L’interieur de cabine est depoussiere a l’aspirateur puis desinfecte par pulverisation de desinfectante

en fin de tournee.

– caisse de chargement :

Une fois le dechargement effectue, les operations pour le nettoyage et desinfection de l’exterieur de

vehicule sont a appliquer ; desinfection par nebulisation.

29/45

Activité des principales catégories de produits biocides selon le virus et le milieu traité

Categories de

produits biocides Compositions Spectres

d’activite Milieux traites Commentaires

Association

d’ammoniums

quaternaires et

d’aldehydes

Attention aux

formulations

contenant du

formaldehyde :

dangereux pour le

manipulateur

Glutaraldehyde, formaldehyde,

glyoxal, ammonium quaternaire

Virus de la

classe A.

Logement,

materiel

d’elevage,

materiel de

transport

(animaux)

Certaines caracteristiques chimiques de ces

associations ammoniums quaternaires et

aldehydes (ex pH de la solution) sont

susceptibles d’influencer de facon

importante le spectre d’activite. Ceci

explique notamment l’efficacite variable de

ces produits vis-a-vis du virus aphteux. Il

convient donc d’etre vigilant sur les

conditions d’emploi de ces produits selon le

type de virus cible (cf. notice d’emploi)

Glutaraldehyde, formaldehyde,

ammonium quaternaire (1 a 2)

Tous les virus

Glutaraldehyde, ammonium

quaternaire (1 a 4)

Glutaraldehyde, ammonium

quaternaire, chloromethylphenol

Alcool isopropylique,

Glutaraldehyde, formaldehyde

Peracides

(notamment acide

peracetique)

Tous les virus Lisier et sol en

terre battue

Activite discutee en presence de matiere

organique. Efficacite a temperature faible

(entre 0 et 10 C°)

Corrosif pour metaux (cuivre et fer)

Formation de mousses abondantes (lisier)

Biodegradable et toxicite faible mais risque

pour manipulateur en cas d’aerosol (port de

masque P2)

Produits halogenes

Chloramine Tous les virus

Petit materiel,

vetements

Antisepsie

conduites d’eau

Perte d’efficacite en presence de matieres

organiques ; Consideree comme ayant une

activite moindre que les hypochlorites ;

Plus stable et plus efficace en presence de

matieres organiques et moins irritant

Dichloroisocyanurate de sodium

ou de potassium (compose

organique chlore)

Activite

incertaine

envers le

virus de la

fievre

aphteuse

conduites d’eau

Meilleure stabilite que les hypochlorites

Produit plus cher

(emploi en milieu hospitalier et traitement

des eaux de piscine)

Iode (iodophores) Tous les virus

Batiments

d’elevage et

materiel

Corrosif pour les metaux

Irritant et potentiellement allergene

Ammonium

quaternaire +

perborate/ Tetra-

Acetyl-Ethylene-

Diamine (TAED,

EDTA)

Virus de la

classe A Perborate : activite desinfectante tres limitee

Monopersulfate de

potassium en

solution acide

Tous les virus

Pediluve

Vetements

materiel,

vehicules,

circuits de

distribution d’eau,

batiments, sols,

pediluve

Solution a 1 % active sur le virus de la fievre

aphteuse

Biodegradable

Peu toxique aux doses d’emploi

Indicateur d’activite incorpore

Derives phenoliques

Activite

antivirale

moderee a

faible

Rotoluve et

pediluve

Activite antivirale variable Biodegradabilite

faible

Toxicite non negligeable

30/45

31/45

Annexe 5 : Gestion des fumiers et des lisiers

1. Dans les foyers

L’objectif est de faciliter l’evacuation des lisiers et des fumiers pour que les exploitations foyers

puissent finaliser au plus tot leurs operations de nettoyage-desinfection.

1.1. Gestion des lisiers

A. Catégorisation / nature et risque sur les fosses

Trois solutions sont envisageables pour le traitement des lisiers (par ordre de priorité) :

1. Traitement du lisier en usine par processus d'hygienisation puis methanisation apres

transport securise respectant toutes les regles de biosecurite,

2. Chaulage de la fosse a lisier pour assainir en partie par alcalinisation (barème pH/ nombre

de jours encore à déterminer, un chaulage permettant d’atteindre un pH entre 10 et 12

pendant 7 jours est à ce stade recommandé) ;

3. Assainissement partiel par stockage ; minimum de 60j apres derniere adjonction de lisier.

La possibilite de stockage intermediaire de lisiers non traite hors exploitations n’est pas retenue.

Cas Type fosse Remplissage Fermé/

ouvert Temps de stockage en ferme Traitement / usage

1 Géotextiles Indifferent

Court, selon capacite usine Usine hygienisation +

2 methanisation

Bétons

Pleines Indifferent

3 Non pleines Ouvertes Selon capacite usine

4 Non pleines Fermees Selon temps chaulage et dates

epandage

Chaulage puis

epandage

5 Indifferent Indifferent 60 j + selon dates epandage 60 j stockage puis

epandage

Expédition vers un établissement de méthanisation agréé

Les criteres de priorite pour un traitement en usine lies aux caracteristiques des fosses sont les

suivants : d’abord les fosses en geotextile, qui ne peuvent supporter le chaulage ; ensuite les fosses

en beton qui seraient trop pleines pour etre brassees et ensuite les fosses non pleines ouvertes

[évaluation du risque (contamination de l’environnement et sécurité) de maintenir la fosse ouverte

en cours].

Le lisier/fumier de volailles liquide peut etre expedie vers un etablissement de methanisation agree

de categorie 2, sous reserve que cet etablissement :

ne soit pas annexe a un elevage,

possede une station d’hygienisation (70 °C / 1 heure),

hygiénise effectivement le lisier/fumier à 70 °C/1 heure,

soit equipe d’une station de nettoyage/desinfection des camions apportant les matieres a

methaniser.

Le transport des fientes depuis l’elevage, devra etre realise sans rupture de charge, directement de

l’elevage vers l’etablissement agree dans un camion ferme et bache, et desinfecte (roues et bache)

avant depart.

Chaulage de la fosse

32/45

Pour toutes les fosses a lisier pour lesquelles un chaulage est possible (fosses en beton, avec un

niveau de remplissage permettant un brassage sans risque), il est recommande de proceder a un

chaulage (30 a 50 litres de chaux liquide/m3 de lisier a incorporer dans la fosse), suivi d’un

brassage. Cette manipulation sera effectuee, pour des raisons de securite, par une societe

specialisee. Il convient de commencer par l’introduction de 30 litres et de verifier l’evolution du

pH ; l’objectif etant de tendre vers un pH de 12. Le pH doit etre verifie tous les jours pendant une

semaine.

Apres une semaine de stockage du lisier chaule, ce dernier pourra etre enfoui.

B. Vidange et nettoyage/désinfection des cuves

Une attention particuliere est a apporter sur les mesures de bio-securite lors des operations de

vidange pour les vehicules et le materiel.

Apres evacuation du lisier, les circuits d’evacuation du lisier et les abords de la fosse devront etre

nettoyes et desinfectes. Les effluents de ces nettoyages sont utilises pour rincer la cuve.

Le fond des fosses peut contenir des sediments qui peuvent etre elimines par chaulage puis

brassage.

L’evacuation des eaux de lavage de la cuve necessitent un equipement specialise aspirant.

1. 2. Gestion des fumiers

Il est preconise l’evacuation et le transport direct des fumiers vers une usine de compostage ou

d’incineration situee a proximite du foyer.

Expédition vers un établissement de compostage agréé

Le lisier/fumier de volailles peut etre expedie vers un etablissement de compostage agree de

categorie 2, sous reserve que cet etablissement :

ne soit pas annexe a un elevage,

ne soit pas en systeme ouvert,

applique une methode permettant une hygienisation a 70 °C/1 heure,

soit equipe d’une station de nettoyage/desinfection des camions apportant les matieres a

composter.

Le transport des fientes depuis l’elevage, devra etre realise sans rupture de charge, directement de

l’elevage vers l’etablissement de compostage agree dans un camion ferme et bache, et desinfecte

(roues et bache) avant depart.

Stockage ou compostage sur place

En dernier recours, le maintien sur place est possible suivant 2 protocoles decrits ci-dessous ; le

stockage par tas chaule ou le compostage.

Le fumier est eloigne du batiment et depose sur un sol stabilise sous forme d’andain de 1,5 m

maximum de hauteur. Les sous-produits ≪ frais ≫ sont introduits a l’interieur du tas de fumier.

L’amendement ou le compost ainsi produit, ne pourra etre utilisé que sur l’exploitation en dehors

des parcours destinés aux volailles. Le materiel utilise devra etre nettoye et desinfecte apres

utilisation.

. Stockage par tas chaule :

Le sol est chaule au prealable. Le fumier sera ensuite chaule en surface. Il conviendra d’attendre

ensuite 48h entre le chaulage et le depot d’une bache (le chaulage du fumier provoque une montee

en temperature importante).

Les eleveurs devront utiliser du materiel de protection.

Ce fumier pourra etre epandu au plus tot apres 42 jours de stockage.

. Compostage :

La surface est pulverisee d’un virucide.

33/45

Un thermomètre-sonde permet de controler la montee en temperature, qui sera enregistree.

Les parametres suivants doivent etre appliques :

au minimum : 55 °C pendant 14 jours, ou 60 °C pendant 7 jours,

le temps de stockage du compost est au minimum de 6 mois,

Le tas de compost n’est manipule qu’au bout de 1 mois (apres montee en temperature) puis retourne

regulierement les 5 mois suivants.

1.3. Épandage du lisier et fumier

Qu’il soit traite ou pas au prealable, l’epandage pratique au moyen de dispositifs ne produisant pas

d’aerosols suivi de l’enfouissement du lisier ou du fumier brasse reste la methode recommandee.

Dans tous les cas, les lisiers et fumiers devront etre epandus dans la zone de restriction. Aucun

effluent ne doit sortir de cette zone.

2. Hors foyer, dans les zones réglementées

L’objectif est de limiter les sources de contamination a partir des lots non testes qui ont pu se

succeder sur le site d’elevage, il importe donc de considerer que lisier et fumier des elevages de

zone de protection, de surveillance et de restriction sont potentiellement infectieux.

2.1. Lisier

Les dispositifs d’assainissement precedents peuvent etre mis en oeuvre, toutefois, il est possible que

les capacites techniques des sites de methanisation soient saturees et que les contraintes liees aux

changements de propriete des lisiers chaules impliquent la necessite de gerer des lisiers non assainis

par alcalinisation.

Dans une telle eventualite, il est possible de proceder a l’epandage par enfouissement direct a l’aide

d’un dispositif ne generant pas d’aerosol. L’usage des pendillards suivi de Cover crop est a risque

de produire des aerosols et des zones d’attraction d’oiseaux sauvages via le retournement des sols

vers les zones d’epandage de lisier non traites.

Par ailleurs, un brassage des lisiers permettant une homogeneisation et un melange des lisiers les

plus anciers (plus de 60 jours) et des plus recents doit etre effectue avant l’epandage.

Apres la vidange la fosse doit faire l’objet d’un nettoyage et desinfection approfondi.

2.2. Fumier

Stockage ou compostage sur place

L’assainissement est poursuivi par 2 protocoles decrits ci-dessous ; le stockage par tas chaule ou le

compostage.

Le fumier est eloigne du batiment et depose sur un sol stabilise sous forme d’andain de 1,5 m

maximum de hauteur. Les sous-produits ≪ frais ≫ sont introduits a l’interieur du tas de fumier.

L’amendement ou le compost ainsi produit, ne pourra etre utilisé que sur l’exploitation en dehors

des parcours destinés aux volailles. Le materiel utilise devra etre nettoye et desinfecte apres

utilisation.

. Stockage par tas chaule :

Le sol est chaule au prealable. Le fumier sera ensuite chaule en surface. Il conviendra d’attendre

ensuite 48h entre le chaulage et le depot d’une bache (le chaulage du fumier provoque une montee

en temperature importante). Les eleveurs devront utiliser du materiel de protection.

34/45

Ce fumier pourra etre epandu au plus tot apres 42 jours de stockage.

. Compostage :

La surface est pulverisee d’un virucide.

Un thermomètre-sonde permet de controler la montee en temperature, qui sera enregistree.

Les parametres suivants doivent etre appliques :

au minimum : 55 °C pendant 14 jours, ou 60 °C pendant 7 jours,

le temps de stockage du compost est au minimum de 6 mois,

Le tas de compost n’est manipule qu’au bout de 1 mois (apres montee en temperature) puis retourne

regulierement les 5 mois suivants.

35/45

Annexe 6 : Gestion des sous-produits animaux de volailles issues

zones réglementées

I. Sous-produits animaux issus d’élevages en zones réglementées :

1.1« Concernant la collecte des cadavres de volailles en élevage :

La tournee des equarrisseurs va de l’exterieur des perimetres, vers la zone de surveillance pour finir

par la zone de protection, ou par collecte dediee par zone.

En fin de tournee, le camion de collecte retourne directement vers l’usine de transformation agreee

de categorie 1 ou 2, ou les matieres seront traitees. Aucune rupture de charge ou optimisation

logistique n’est autorisée.

Ces professionnels sont tenus d’avoir dans leur vehicule du materiel de desinfection pour eux et

pour leur vehicule.

Entre chaque elevage, les roues sont desinfectees.

Avant de sortir de la zone, une aspersion de la bache du camion doit egalement etre effectuee avant

retour a l’usine de transformation.

« Concernant la gestion sous-produits animaux issus des tueries (viscères, plumes, sang, etc.) :

L’ensemble des sous-produits animaux issus de l’abattage des volailles, y compris les plumes, est

soit composte sur place (voir ci-dessous), soit collecte par un equarrisseur avec les volailles mortes

de l’elevage.

Dans le second cas, pour des raisons de comptabilite avec les ATM, il convient que l’eleveur fasse

peser independamment les cadavres de volailles d’une part, et les sous-produits issus de la tuerie

d’autre part.

La cession ou la vente de sous-produits animaux crus (carcasses, têtes, cous, etc.) à destination

de l’alimentation animale (meutes de chiens, par exemple et y compris l’alimentation des

animaux familiers de l’exploitation) est suspendue.

« Concernant les lisiers/fumiers :

Les fumiers/lisiers des elevages de volailles ou de tueries sont expedies vers un etablissement de

compostage agree ou de methanisation ou a defaut composte sur place, selon les modalites decrites

dans la notice « Gestion des fumiers et lisiers dans les foyers ».. Ils peuvent egalement etre

transferes dans un centre d’incineration apres accord de la DREAL.

II.Sous-produits animaux de volailles issus d’abattoirs abattant des volailles

provenant des zones réglementées :

Du fait de la realisation d’IAM en elevage et d’IAM et IPM a l’abattoir, la categorisation de

l’ensemble des sous-produits animaux issus de l’abattage des volailles, y compris les plumes, n’est

pas modifiee par la presence de volailles issues des zones reglementees.

Les sous-produits animaux, qu’ils soient de categorie 2 (exemples : saisies sanitaires, degrillage

6 mm, etc.) ou de categorie 3 (sang, plumes, tetes, pattes, visceres, etc.), doivent etre expedies vers

des etablissements de transformation agrees.

La cession ou la vente de sous-produits animaux crus (carcasses, têtes, cous, etc.) à destination

de l’alimentation animale (meutes de chiens, zoos, par exemple) est suspendue. Aucun sous-

36/45

produit cru ne peut sortir de la zone de restriction.

Compte tenu des eventuels debouches des matieres derivees de C3 a l’exportation, le document

d’accompagnement commercial (DAC) des sous-produits animaux doit le cas echeant, mentionner

l’abattage de volailles provenant de zones reglementees. (Restriction aux exportations)

Compte tenu de l’usage de plumes de palmipedes pour des usages techniques, le cas echeant, les

plumes (mouillees ou non) peuvent etre destinees sans rupture de charge dans de seules usines

autorisees a laver industriellement ces plumes conformement a l’annexe XIII du reglement (UE)

142/2011 et non annexees a un abattoir. Les lots ainsi expedies devront etre accompagnes d’un

DAC precisant l’origine des matieres. Comme pour le transport des autres sous-produits animaux,

les conteneurs utilises devront etre clos et etanches, un nettoyage/desinfection avec un desinfectant

virucide devant etre realise a destination, apres depotage des matieres.

Neanmoins, considerant que les produits sont classes en C3 pour des raisons de debouche

commercial et pas de difference de risque sanitaire par rapport aux viandes des memes animaux, il

peut etre accepte pour les sous-produits crus destines a l'alimentation animale, un transfert avec

rupture de charge possible en etablissement de stockage agree "sous-produits" sous reserve d’un

nettoyage et desinfection des moyens de transport et de la mise en place d’une tracabilite specifique.

Les SV en charge des usines de transformation C3 et de produit technique pour la confection

doivent etre informes de ces envois si ces destinations sont utilisees. Le nettoyage/desinfection des

vehicules apres depotage effectue au sein des usines pourra etre verifie (enregistrement et procedure

de N/D renforcee).

Des mesures de nettoyage et de desinfection des roues des camions avant sortie des abattoirs

doivent etre mis en place (desinfection avec un produit virucide).

III. Sous-produits animaux de volailles issus de couvoirs situés en zone

réglementée

La categorisation de l’ensemble des sous-produits animaux issus des couvoirs presents en zone

reglementee n’est pas modifiee du fait de cette situation geographique. Cependant, il convient

d’apporter une importance particuliere a la bonne categorisation de ces matieres.

Pour rappel, sous reserve de l’absence de signe clinique au sein du couvoir, sont classes en

categorie 3 les seuls sous-produits suivants :

–les coquilles, cuticules, jus, meconium, duvet,

–les oeufs clairs (sous reserve de ne pas contenir de residus de traitement medicamenteux),

–les poussins euthanasies en couvoir pour des raisons commerciales (sexage).

Les autres sous-produits animaux (poussins morts dans l’oeuf, oeufs embryonnes) sont classes en

categorie 2.

Les mesures relatives a la collecte, au transport et l’utilisation de ces sous-produits animaux sont les

memes que developpees ci-dessus pour les abattoirs. Toute destination hors d’établissement de

transformation agréé est interdite.

37/45

Annexe 7 : Vides sanitaires

Vide sanitaire en filière Gallinacées

Le vide sanitaire pour les elevages de Gallinacees avec parcours est de 3 semaines minimum a

compter de la fin du nettoyage et desinfection.

Une periode minimale d’absence d’animaux sur les parcours pendant 49 jours doit etre respectee.

Les parcours doivent etre degages des eventuels encombrants, les clotures doivent etre en bon etat

d’entretien, les sols doivent etre chaules.

En zone de restriction, hors ZP et ZS, pour les productions sans parcours, il est possible de reduire

le vide sanitaire en pratiquant, 7 jours apres la fin de la desinfection, une montee en temperature du

batiment entre 33°C et 35°C qui devra etre maintenue 3 jours, les poussins pouvant etre mis en

place a partir du 2eme jour.

Vide sanitaire en filière palmipèdes gras

Démarrage

Batiment de demarrage : vide sanitaire de 14 jours a partir a compter de la fin de la

desinfection puis montee en temperature des locaux pendant 2 jours a 35°C (bareme en

cours d’expertise)

Stade engraissement

Les parcours doivent etre degages des eventuels encombrants, les clotures doivent etre en

bon etat d’entretien, les sols doivent etre chaules.

Une periode minimale d’absence d’animaux sur les parcours pendant 49 jours doit etre

respectee. Un vide de 168 jours minimum de duree totale cumulee de repos par annee civile

doit etre respecte.

Chaque parcours doit avoir son abri et un abri ne peut servir pour plusieurs parcours.

Les abris doivent etre nettoyes et desinfectes entre chaque bande, le sol des abris doit etre

chaule. Les abris dont l’etat de vetuste ne permet pas le nettoyage et la desinfection dans des

conditions satisfaisantes doivent etre remplaces.

Stade gavage

Entre chaque lot, un vide sanitaire est effectue apres realisation systematique d’un

nettoyage/desinfection selon les dispositions suivantes : le local de gavage est lave dans les

heures suivant l’enlevement des animaux, le lendemain la qualite du lavage est verifiee par

l’eleveur et les locaux sont desinfectes (et nettoyes si besoin avant desinfection). Le lavage

et la desinfection portent sur les locaux, les materiels de contention des animaux et les

materiels d’evacuation des effluents. Le lot suivant peut etre mis en place a partir du

troisieme jour sous reserve de la stricte application de ces mesures.

Un vide sanitaire annuel de 14 jours consecutifs sur l’ensemble du batiment de gavage est

obligatoire, apres nettoyage et desinfection.

Dans le cas d’atelier procedant au gavage en bandes continues, le gaveur doit :

soit realiser un vide sanitaire annuel de 60 jours consecutifs,

soit realiser un vide sanitaire cumule de 60 jours, en deux periodes, dont la plus courte

dure au moins 7 jours.

soit definir un protocole de vides sanitaires et le valider selon une methode de type

HACCP

38/45

Annexe 8 : Conditions d’autorisation des rassemblements

a. Contrôle de l’exposition par un vétérinaire sanitaire

Un controle de l’exposition ou du concours est obligatoirement realise par un veterinaire sanitaire

designe nommement pour chaque exposition ou concours, aux frais des organisateurs.

Celui-ci controle l’etat de sante de tous les animaux lors de leur introduction ainsi que les

attestations, declarations sur l’honneur et certificats requis.

b. Attestation de provenance

b.1) Volailles et autres oiseaux d’origine francaise

Les oiseaux d’origine francaise doivent etre issus d’un elevage et d’un departement non soumis

depuis au moins 30 jours (par rapport a la date de delivrance de l’attestation) pour des raisons de

police sanitaire a des restrictions au titre de la lutte contre la maladie de Newcastle et l’influenza

aviaire. De plus pour les elevages localises en limite de departement aucun cas de maladie de

Newcastle ou d’influenza aviaire ne doit avoir ete declare a une distance de moins de 10 km depuis

au moins 30 jours par rapport a la date de delivrance de l’attestation.

Les oiseaux d’origine francaise ayant participe a des manifestations avicoles internationales (qu’il

s’agisse de manifestations ayant eu lieu dans un autre pays ou de manifestations ayant eu lieu en

France et ayant rassemble des volailles et autres oiseaux en provenance de divers pays) dans les 30

jours precedant la delivrance de l’attestation ne peuvent participer que si le pays d’accueil ou le(s)

pays d’origine des animaux n’ont pas depuis declare de maladie de Newcastle ou d’influenza

aviaire.

En fonction du risque estime (epizootie en train de sevir en Europe, densite des elevages avicoles

dans le departement concerne par la manifestation, …) les DDecPP peuvent exiger des eleveurs une

declaration sur l’honneur dans laquelle ils precisent leurs participations eventuelles a des

rassemblements dans les 30 jours precedents (annexe 4) et les nationalites qui y ont participe. Ces

declarations sont alors transmises par chaque eleveur a l’organisateur de la manifestation

directement ou via la DDecPP du lieu d’elevage si celle-ci le demande.

L’organisateur s’engage a tenir a la disposition de la DDecPP du lieu de la manifestation l’ensemble

de ces declarations afin d’une part de pouvoir interdire le cas echeant la participation des eleveurs

dont les oiseaux auront croise dans les 30 jours precedents des oiseaux provenant de pays atteints

par l’une des deux maladies et d’autre part de controler la presence des certificats veterinaires de

bonne sante demandes (cf point 1-3-b. de la presente note).

L’attestation de provenance (annexe 3) est etablie par le DDecPP et doit dater de moins de 10 jours

avant l’introduction des oiseaux dans l’exposition ou le concours.

b.2. Volailles et autres oiseaux originaires d’un autre etat membre de l’Union europeenne

Les volailles et autres oiseaux originaires d’un autre etat membre et destines a des expositions ou

concours sur le territoire national font l’objet de messages TRACES.

Conformement aux conditions enoncees a l’article 7 de la directive 92/65/CEE susvisee, une

attestation de provenance (certificat sanitaire, annexe 5), datant de moins de 10 jours, etablie par le

veterinaire officiel et relative au statut indemne de maladie de Newcastle et d’influenza aviaire de

l’elevage d’origine et de la region depuis 30 jours (par rapport a la date de delivrance de

39/45

l’attestation) est requise.

En outre, s’il s’agit de psittacides, les conditions enoncees a l’article 7 de la directive 92/65 susvisee

doivent etre respectees (certificat sanitaire en annexe 5) :

- ils doivent etre identifies individuellement,

- le certificat sanitaire atteste, outre les conditions relatives aux pestes aviaires, qu’ils ne

proviennent pas d’une exploitation ou ont ete en contact avec des animaux d’une exploitation dans

laquelle la psittacose (Chlamydia psittaci) a ete diagnostiquee (la duree de l’interdiction est

superieure a deux mois a compter du dernier cas diagnostique et d’un traitement effectue par un

veterinaire),

- ils doivent etre accompagnes d’un document commercial vise par le veterinaire officiel de

l’exploitation ou du commerce d’origine.

b.3 Volailles et autres oiseaux originaires d’un pays tiers

En ce qui concerne les volailles et autres oiseaux en provenance de pays tiers, ils doivent etre

accompagnes d’un certificat sanitaire conforme a l’annexe 22 de l’arrete du 19 juillet 2002 susvise.

D’autre part, ils sont accompagnes d’un certificat de passage frontalier, tel que defini par la decision

97/794/CE susvisee, delivre par le veterinaire inspecteur du poste d’inspection frontalier

d’introduction sur le territoire de l’Union europeenne (annexe 6).

c. Registre des éleveurs et des volailles, oiseaux et lapins ayant participé à des expositions ou

des concours.

L’identite des eleveurs et le numero de leurs animaux participant a l’exposition ou au concours

doivent etre consignes dans un registre mis en place par l’organisateur. Ce registre doit aussi

indiquer les cessions realisees ; il doit etre conserve pendant 1 an par l’organisateur qui doit

pouvoir le presenter aux services veterinaires en cas de besoin (annexe 9).

d. présence de volailles vivantes sur les marchés et expositions

La presence d’un seul exposant de volailles, provenant d’un lot par marche ou site d’exposition est

autorisee.

Dans le cas ou le rassemblement comprend plusieurs batiments, chaque batiment peut etre considere

comme un site dans la mesure ou il dispose d’une entree et d’une sortie independante de sorte a ce

que les volailles presentees soient deplacees sans entrer en contact avec d’autres oiseaux.

- un nettoyage et desinfection du site d’exposition.

40/45

Annexe 9 : Inspection en couvoir

L’inspection porte sur l’evaluation des mesures de biosecurite en place dans les etablissements de la

filiere avicole (couvoirs, batiments reproducteurs ou preponte) permettant la maitrise du risque de

contamination et de diffusion par l'influenza aviaire (IA). Cette inspection est un prealable a la

sortie de zones reglementees des issus (oeufs a couver, poussins d'un jour, poules pretes a pondre).

L’evaluation repose notamment sur :

- l'application des mesures de biosecurite exigees pour l'attribution de la charte sanitaire dans le

cadre des plans de lutte officiels contre les salmonelles (la plupart de ces mesures ayant egalement

un caractere preventif vis-a-vis du danger de l'influenza aviaire, IA), cf partie I,

- le controle de mesures de biosecurite specifiques a l'IA en sus de la charte sanitaire, cf partie II.

Le referentiel d’inspection pour la partie charte sanitaire est constitue par les ≪ arretes salmonelles

financiers ≫ precisant en annexe les exigences sanitaires et de biosecurite liees a la charte sanitaire,

les grilles d'inspection du couvoir (ou a l'elevage), les vade-mecums correspondant aux grilles

d'inspections. Ces outils peuvent être utilisés presque en intégralité vis-à-vis de l'IA.

I. Mesures de biosécurité prévues par la charte sanitaire

Elles sont a prendre en compte et a evaluer pour l'influenza aviaire (vis-a-vis des couvoirs

essentiellement ; les mesures specifiques aux batiments d'elevage sont indiquees en sus), y compris

si le couvoir n’est pas sous charte (cas des palmipedes notamment).

Il est fait ci-apres reference aux differents chapitres de la grille d'inspection qui doivent faire l’objet

d’une attention soutenue.

A. Protection de l'etablissement

Tous les items sont importants, en particulier les items :

- A01 (elevages a risque a proximite),

- A02 (risques lies aux personnes),

- A03 (respect du sas).

Pour les batiments d'elevage, les items

- A01 (sous-item A0103 batiment ferme et etanche) et

- A02 (sous-item A0203 : acces au site delimite) sont particulierement importants

B. Amenagement de l'etablissement

Tous les items sont a prendre en compte.

Pour le B01, surtout les sous-items :

- B0105 : conception generale des locaux et

- B0106 : conception des circuits d'air.

Pour B02, surtout le sous-item :

- B0206 : filtres entree d'air.

41/45

C. Personnel de l'etablissement

Tous les items sont a prendre en compte, les risques a connaitre sont lies a l'IA (au lieu de

Salmonella). Ce chapitre est en lien avec certaines mesures specifiques complementaires envisagees

en partie II (notamment les mesures de biosecurite, telles que l'utilisation de tenues de protection

par les chauffeurs notamment lors des livraisons ou collectes).

D. Amenagement de l'etablissement

Tous les items sont a prendre en compte.

Le sous-item D0107 (desinfection des OAC a l'entree au couvoir) est primordial.

Ce point est en lien avec le sous-item B0401 de la grille elevage, qui est un motif de vigilance sur le

point suivant : desinfection des OAC a effectuer a l'elevage (ou en camion).

E. Conduite de l'etablissement (ce chapitre est particulierement important)

Tous les items sont a prendre en compte, soit les items

- E02 (notamment le sous-item 0205 : respect du fonctionnement des differentes zones),

- E03 (tracabilite),

- E04 (notamment le sous-item E0405 : nettoyage et desinfection des camions de transport d'OAC

et poussins),

- E05 (notamment le sous-item E0504 : elimination des oeufs sales).

Le controle de l'item E03 doit permettre de verifier le respect des conditions de derogation a

l'interdiction de sortie des poussins d'un jour de ZR (cf fonctionnement du couvoir evitant tout

contact avec des OAC ou poussins d'un jour provenant de parquets situes en ZS ou ZP selon le j)

point 1) relatif a l'article 5 de l'AM du 17 decembre 2015).

F. Enregistrement (tenue a jour des documents)

Tous les items sont a prendre en compte, soit les items

- F01 (notamment le sous-item F0105 : documents de tracabilite du couvoir presents),

- F02 (sous-item F0207 : plan de nettoyage – desinfection).

I. Analyses

Ce chapitre s'applique essentiellement aux elevages en cas de realisation d'analyses serologiques ou

virologiques pour recherche d'IA. Dans ce cas, les resultats d'analyse doivent etre disponibles a

partir du registre d'elevage.

Le couvoir doit pouvoir mettre a disposition les rapports d'essai des analyses effectuees sur

l'ensemble des parquets l'approvisionnant.

Ce chapitre dit permettre de verifier les conditions posees en cas de sortie d'OAC de ZR (selon le j)

point 2) relatif a l'article 5 de l'AM du 17 decembre 2015).

II. Mesures de biosécurité spécifiques à l'IA

42/45

Elles sont en complement des mesures deja visees par la grille d'inspection applicable a la charte

sanitaire. Certaines mesures, deja envisagees par la charte sanitaire, peuvent etre adaptees ou

renforcees selon le danger constitue par l'IA.

Il s'agit des mesures visant :

1) l'environnement du site

Le site doit etre suffisamment isole des elevages a risque ou zones de passage de l'avifaune ou du

gibier.

Le degre d'isolement doit etre indique (par exemple distance de l’exploitation avicole commerciale

la plus proche et nombre d’exploitations avicole commerciale dans un rayon de 10 km).

Il convient egalement de noter la localisation des parquets reproducteurs par rapport au couvoir de

collecte. L'existence d'un seul site regroupant l'ensemble de l'activite du couvoir (couvoir, parquets,

poussinieres) limite les risques lies a la collecte des OAC et aux transferts. Ce cas est rencontre en

selection surtout. Il s'agit d'un critere de securite majeur.

2) les risques lies aux vehicules, dont :

Les mesures de nettoyage et desinfection (N/D) des vehicules a l'entree et a la sortie des sites (pour

les batiments d'elevage, selon les moyens disponibles), y compris les camions de livraison

d'aliments ou d'autres intrants (prendre en compte la notion de prestataires de service si la societe

d'accouvage ne dispose pas de son propre parc de vehicules, ce qui peut poser des problemes selon

le prestataire de service),

- l'organisation des tournees pour l'equarrissage (a verifier pour les couvoirs et les elevages),

- en cas de sortie de ZR, les vehicules de livraison d'OAC ou de poussins d'un jour doivent etre

nettoyes et desinfectes en station de lavage (a minima au moyen de rotoluve entrenu et d'une rampe

de desinfection) et emprunter ensuite un trajet limitant les risques de contamination du vehicule, en

evitant en particulier les ZP et ZS avant d'acceder a un grand axe routier les conduisant a

destination. Si besoin, un detour evitant les routes secondaires traversant ZP et ZS a forte densite

d'elevages a risques, doit etre prevu,

- si possible, les camions de collecte des OAC doivent etre dedies par bassin de production

(eviter l'utilisation des memes camions de collecte d'OAC pour deux couvoirs situes l'un en ZR,

l'autre hors ZR). Ce critere est a prendre en compte dans l'evaluation du risque.

- les retours de poussins d'un jour de ZR vers une zone non reglementee sont interdits.

3) le personnel

Le personnel doit etre sensibilise aux :

- criteres d'alerte en elevage,

- au respect de l'utilisation du sas,

- a l'interdiction de visites d'elevage (2 ou 3 jours precedents)

- a l'interdiction de contact ou detention de volailles en dehors de la societe,

- au respect des procedures de livraison ou de collecte visant les chauffeurs (en particulier la

desinfection du sas prevu pour l'enlevement des OAC en vue de leur collecte pour le couvoir).

43/45

Les procedures doivent etre affichees a la vue du personnel.

4) la livraison des poussins d'un jour : mesures renforcees selon procedure ad hoc

La societe d'accouvage doit mettre en oeuvre une procedure de livraison des poussins d'un jour

destinee a eviter tout risque de contamination du site livre, ainsi que les risques lies a la livraison

elle-meme, surtout en cas de livraison en zone reglementee, vis-a-vis des autres sites livres lors

d'une meme tournee (dans ce cas il convient de prendre des mesures aussi bien vis-a-vis du

chauffeur, que du materiel de livraison et du vehicule).

Les differentes etapes de la procedure doivent rigoureusement decrites (approche du camion,

pedisacs chausses dans la cabine, desinfection des mains, tenue d'elevage revetue, charlotte,

masque, ... , interdiction de penetrer dans l'elevage si implante en zone reglemente, ..., desinfection

des caisses vides, ..., desinfection du camion en sortie notamment).

5) les circuits de livraison (couvoirs et batiments d'elevage)

Il est important de verifier :

- la presence d'une station de lavage des vehicules (pour les couvoirs) et son utilisation correcte ;

- les circuits empruntes par les vehicules de livraison et vehicules d'enlevement ou de collecte selon

les produits (aliments, eventuellement oeufs partant a la consommation, OAC, poussins d'un jour

pour les couvoirs, fournitures, enlevement dechets, notamment les citernes d'equarrissage pour les

poussins enthanasies, etc .) ;

Les circuits entree et sortie doivent etre separes autant que possible, surtout en ce qui concerne la

sortie du couvoir des vehicules de livraison de poussins d'un jour ;

Il convient egalement de controler les procedures utilisees pour la collecte des OAC afin d'evaluer

les risques de contamination entre batiments d'elevage lors d'une meme tournee (risque lies aux

vehicules, aux chariots et aux chauffeurs notamment), ainsi que les risques de contamination du

couvoir en fin de tournee.

Analyses : point particulier relatif aux recherches d'influenza aviaire par le professionnel.

Tous les resultats des analyses realisees sur les troupeaux reproducteurs (ou preponte) en vue de

rechercher la presence de l'IA (serologies et virologies) doivent etre mis a disposition lors de

l'inspection.

La frequence et le nombre d'analyses effectuees sont a prendre en compte en fonction de la

localisation des parquets reproducteurs par rapport aux ZP, ZS et ZR, et, egalement, en fonction de

l'espece (en particulier s'agissant d'especes peu sensibles a l'IA telles que le canard).

44/45

Annexe 10: FORMULAIRE DE DEROGATION D’ÉCHANGE DE POUSSINS D'UN JOUR ISSUS DE

ZONE DE LA ZONE REGLEMENTEE

AUTORISATION DE L'ETAT MEMBRE DE DESTINATION

(APPROVAL MEMBER STATE OF DISPATCH)

CE FORMULAIRE EST À TRANSMETTRE PAR L'EXPEDITEUR À LA DD(CS)PP DU LIEU DE DEPART DES

ANIMAUX AU MOINS 48 HEURES AVANT LE MOUVEMENT.

EXPEDITEUR (CONSIGNOR)

Nom……………………………………………………………………………………………………………

Adresse…………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………..

TRANSPORTEUR (TRANSPORTER)

Nom…………………………………………………………………………………………………………..

Adresse………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………

EXPLOITATION DE DESTINATION (CONSIGNEE)

Nom (name)…………………………………………………………………………………………….

Adresse (address) .....……………………………………………………............................................

…………………………………………………………….........................................................................

Etat membre (Member State)……………………………………………………………………….

Unité Locale Vétérinaire de destination (Local veterinary unit of dispatch)

Nom (Name)…………………………………………………………………………………………….

Adresse (Address) ……………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

Telecopie (fax) ………………………………………………………………………………………………..

Courriel (email)......................................................................................................................….

DESCRIPTION DU LOT (CONSIGNEMENT DESCRIPTION)

Espece (species) : ………………………………………………

Date de depart prevue (previous date of departure ) : ………………………………………………..

Nombre total : ……………………………………………………………………………………………….

APPROBATION / APPROVAL

(à remplir par les services officiels de lEtat Membre de destination / to be completed by

the veterinary authority of the EU Member State of destination)

Cachet officiel

Official stamp

Lieu

Place

Date

Date

Signature du veterinaire

officiel

(offical vet)

45/45