Caméléon trioceros Ellioti

  • Description
  • En savoir plus
Trioceros ellioti

Les femelles grandissent jusqu'à environ 22 cm; les mâles sont plus petits (habituellement en dessous de 17 cm).
Ils n'ont pas de traits de morphologie spéciaux et représentent pour parler ainsi les "prototypes" des vrais caméléons.

La coloration de cette espèce est très variable en raison d'une grande répartition et d'une immense échelle d'altitudes (peut-être la plus large de toute la famille). La palette de couleurs de base contient principalement du brun, du gris, du noir et du vert, alors que différentes populations utilisent aussi des couleurs brillantes diverses. Deux bandes longitudinales imprécises peuvent se trouver sur les flancs. La peau interstitielle de la gorge est blanche et principalement décorée d'une tache noire. La coloration change fréquemment durant le jour, elle dépend autant de facteurs objectifs que subjectifs.

Les mâles sont souvent verdâtres, bien des fois avec des motifs brillants qui sont pareils au Furcifer lateralis de Madagascar. Les femelles sont moins visibles – brunes ou grises. On peut reconnaître les mâles de façon fiable à la base de leur queue renflée.

W = spécimens sauvages capturés.

Statut: II / B / CC

Les femelles grandissent jusqu'à environ 22 cm; les mâles sont plus petits (habituellement en dessous de 17 cm).
Ils n'ont pas de traits de morphologie spéciaux et représentent pour parler ainsi les "prototypes" des vrais caméléons.

La coloration de cette espèce est très variable en raison d'une grande répartition et d'une immense échelle d'altitudes (peut-être la plus large de toute la famille). La palette de couleurs de base contient principalement du brun, du gris, du noir et du vert, alors que différentes populations utilisent aussi des couleurs brillantes diverses. Deux bandes longitudinales imprécises peuvent se trouver sur les flancs. La peau interstitielle de la gorge est blanche et principalement décorée d'une tache noire. La coloration change fréquemment durant le jour, elle dépend autant de facteurs objectifs que subjectifs.

Les mâles sont souvent verdâtres, bien des fois avec des motifs brillants qui sont pareils au Furcifer lateralis de Madagascar. Les femelles sont moins visibles – brunes ou grises. On peut reconnaître les mâles de façon fiable à la base de leur queue renflée.

Cette espèce vit au Burundi, au Kenya, au Congo, au Rwanda, au Soudan, en Tanzanie, en Ouganda et au Rép. dém. du Congo.

Ces caméléons vivent en populations très denses, ils ne sont pas à même d'être agressifs et l'on peut les garder par couples. Les seules femelles pleines devraient être séparées pour éliminer le stress que leur imposent les mâles. Généralement, ces caméléons sont calmes et lents à se mouvoir. Les mâles sont habituellement plus actifs que les femelles et peuvent parcourir le terrain toute la journée. Les femelles ne demandent pas mieux que de s'asseoir pendant des journées entières pratiquement au même endroit. Cette espèce n'a pas d'exigence spéciale et se satisfait d'une cage plus petite, bien éclairée et ventilée, avec des températures de 25-28°C pendant le jour et des températures de la pièce la nuit (peut-être même plus basses). Une source de chaleur locale supplémentaire n'est pas nécessaire, puisque les caméléons se chauffent rarement dans la nature. On recommande de les garder au-dehors l'été et sur les châssis de fenêtre le reste de l'année. On doit vaporiser la cage le matin.

La période de gestation dure environ 90-160 jours. La vieille de la naissance, les femelles deviennent agitées et se meuvent plus intensément dans le terrarium. Deux à dix-huit jeunes naissent le matin (comme chez beaucoup d'espèces ovovivipares). La femelle qui donne naissance s'assied là où elle est, laissant les jeunes glisser hors du cloaque et tomber sur le sol. Les jeunes commencent à laisser leurs membranes après 1-2 minutes

WC = spécimens sauvages capturés.

Statut: II / B